«Ils seront 6 000 retraités de la Sonelgaz, jusque-là dépourvus, à bénéficier, à compter de janvier courant, de la retraite complémentaire», a annoncé, hier à Ben Aknoun, Achour Telli, à l’ouverture des travaux de l’Assemblée générale ordinaire de la Mutuelle générale des travailleurs des industries électriques et gazières qu’il préside.
Appuyant cette démarche, Sonelgaz a pris l’engagement de financer un complément d’un taux de 1,5% de l’assiette mensuelle globale soumise à la sécurité sociale, pour assurer les besoins du Fonds de retraite complémentaire des travailleurs du groupe. A ces retraités, la Muteg a également relevé l’intégration de sept filiales de Sonelgaz, permettant aux travailleurs de ces entreprises de bénéficier des services offerts par cette mutuelle.
Les entreprises concernées sont Inerga, Tarkib, Kahrakib, Kahrif et Kanagaz (sociétés de travaux et de services de réalisations d’infrastructures électriques), Rouiba Eclairages (société de fabrication d’équipements d’éclairage) et AMC (société de fabrication de compteurs). Une autre convention a été signée avec la Cnas pour permettre aux adhérents à cette mutuelle de bénéficier des facilitations en matière d’utilisation de la carte Chifa et du système de tiers payant.
De son côté, le ministre de l’Energie Mustapha Guitouni a mis en avant les différents efforts de l’Etat dans le domaine énergétique.
Chiffres à l’appui, il a souligné, à titre d’exemple, que 98% des domiciles sont raccordés à l’électricité.
A propos des conventions signées, le ministre a dit qu’elles représentent un «signe de vitalité et de dynamisme» pour Sonelgaz. Félicitant les travailleurs pour ces nouveaux acquis sociaux, il a souligné que les résultats attendus de ces conventions vont encore approfondir la cohésion sociale à l’intérieur du groupe Sonelgaz. Quant au ministre du Travail, il a relevé les acquis arrachés par la Muteg à ses adhérents, saluant au passage les efforts consentis par l’UGTA pour prévaloir en toutes circonstances le dialogue et la concertation. Pour sa part, le ministre de la Santé, M. Hasbellaoui, a salué le groupe Sonelgaz qui a élargi le champ de ses interventions sociales au secteur de la Santé. Intervenant en marge de cette rencontre, le P-DG de Sonelgaz, M. Arkab, a annoncé que 300 élus syndicaux et délégués du personnel relevant de Sonelgaz seront formés dans le domaine du management. «L’objectif, souligne-t-il, est de faire converger tous les travailleurs du groupe dans cette efficacité recherchée : réduction des charges, augmentation du profit, réalisation efficace du programme de développement. Nous avons besoin de faire adhérer tout le monde». Interrogé sur les mesures prises pour faire face aux intempéries, M. Arkab indique que Sonelgaz travaille en collaboration avec l’Office national de météorologie. Sonelgaz, annonce-t-il, «passe à une autre étape et fera dans l’anticipation des interventions».
Le recouvrement des créances booste le chiffre d’affaires
Le groupe Sonelgaz a réalisé, en 2018, un chiffre d’affaires de plus de 390 milliards de dinars, a indiqué également Mohamed Arkab. « Sonelgaz a réussi à réaliser un chiffre d’affaires important s’élevant à 390 milliards de dinars, à travers, notamment, le recouvrement d’une grande partie de ses créances auprès des clients», a-t-il fait savoir. Les créances de Sonelgaz (factures impayées par les clients) ont reculé de 86 milliards de dinars en 2017 à 50 milliards de dinars en 2018, a-t-il précisé. Ces résultats « importants sont le fruit du plan d’action adopté par le groupe en 2018 en sus de l’aide de l’Etat », a ajouté M. Arkab.
Il a fait savoir, dans ce sens, que le groupe avait bénéficié récemment d’un crédit de 380 milliards de dinars pour la poursuite de son programme d’investissement jusqu’en 2020/2021. Outre l’introduction de technologies modernes dans le réseau électrique, le P-dg de Sonelgaz a affirmé que ces montants seront destinés à la réalisation de lignes et de centrales électriques. Répondant à une question sur la possibilité d’augmenter les salaires des fonctionnaires du groupe, M. Arkab s’est dit « ouvert » à ces revendications en accord avec la Fédération nationale des travailleurs des industries électriques et gazières (FNTIEG).
« Les revendications sur l’augmentation des salaires existent et existeront toujours (..) elles sont légitimes. Nous œuvrons de concert avec notre partenaire social et nous restons ouverts au dialogue sur tous les sujets, de même que nous agissons toujours dans l’intérêt des travailleurs », a-t-il déclaré.
De son côté, le président de la FNTIEG, Achour Telli, a affirmé que l’augmentation des salaires ne signifiait pas nécessairement la révision des salaires
de base mais plutôt l’amélioration des revenus des travailleurs de manières différentes. « Le dossier des salaires n’est pas soumis au gouvernement actuellement et nous souhaitons l’ouvrir prochainement avec l’Union nationale des travailleurs algériens (UGTA), et malgré cela nous avons demandé à l’administration de Sonelgaz de procéder aux négociations pour augmenter le salaire des fonctionnaires, abstraction faite de la révision du salaire de base », a-t-il ajouté.<