La wilaya de Tipasa a été retenue comme wilaya pilote pour le lancement, prochain, de la nouvelle formule de l’habitat rural pour pallier le manque de foncier qui se réduit comme une peau de chagrin (30%) car celle-ci est coincée entre les terres agricoles, le Domaine public maritime, les sites archéologiques et historiques et les deux ZEST.

Trois mois après son installation à la tête de la wilaya de Tipasa, le wali Mohamed Bouchema poursuit ses rencontres avec ses administrés et a déjà visité 8 daïras sur les 10 que compte la wilaya pour aller au plus près de la situation et des préoccupations des citoyens. Dimanche, c’était au tour des représentants de la presse au niveau local qu’il a écoutés au cours d’une rencontre, à bâtons rompus de 3 heures, qui a permis de faire le point sur certains dossiers dont celui du logement qui a eu la part du lion. Au cours de ce rendez-vous qui sera mensuel (tous les derniers jeudi du mois), le wali n’a pas manqué d’asséner une vérité sur la prétendue « wilaya d’excellence » en matière touristique qu’il n’a pas trouvé, dira-t-il non sans ironie et qui justifie ce qualificatif galvaudé pour masquer un laisser-aller flagrant. La rencontre s’est voulue pédagogique, puisque le wali, en plus de prendre le pouls de la situation dans la cité à travers les questions posées et problèmes soulevés, n’a pas manqué d’appeler les correspondants de la presse à faire la part des choses en n’amplifiant pas les phénomènes pervers de la société et à participer, plutôt, à ramener le calme et la sérénité en particulier dans les revendications concernant le logement. Annonçant que de nombreuses listes de bénéficiaires seront reprises pour des enquêtes plus approfondies tout en se montrant intransigeant quant à la distribution d’un seul logement par famille, la difficulté dans ce dossier, reconnaitra-il, est l’absence d’interlocuteurs et de représentants des citoyens dans les quartiers. La seule annonce faite au cours de cette rencontre concerne le lancement, prochain, de la nouvelle formule de logement rural groupé qui permettra de régler un tant soit peu le problème en particulier dans la partie ouest de la wilaya. Cette nouvelle formule, dont la préparation de lotissements destinés à l’habitat rural se fera incessamment, consistera en le regroupement de 15 à 20 personnes qui bénéficieront d’un prêt de la BADR et du soutien de l’état de 700.000 DA et dont le logement sera construit par les pouvoirs publics puis distribué à leurs bénéficiaires pour contourner le problème de lenteurs dans les réalisations. Concernant le dossier investissement, après avoir rappelé que celui-ci fera l’objet de plusieurs rencontres avec les investisseurs, par secteurs d’activités (comme cela a été le cas dernièrement pour celui du tourisme qui peut être qualifié de tout sauf d’excellence) pour faire le point et comprendre ce qui empêche le démarrage des travaux des projets qui ont bénéficié de terrains. D’autres questions relatives aux travaux du port commercial d’El Hamdania, à l’indemnisation et le relogement des familles déplacées, à la protection des vestiges archéologiques et autres existant sur le site du port ou aux abords ont été abordées sans oublier les projets routiers (voie express, liaison à l’autoroute, voie ferrée). L’autre projet attendu par les citoyens de la partie ouest de la wilaya est celui du contournement de la ville de Cherchell, livré sur 14 km déjà ouverts, et dont les 4 km restants le seront d’ici 5 mois pour aboutir à la sortie ouest de la ville de Sidi Ghilès.
La rencontre a eu lieu en présence du nouveau chef de cabinet Bahbouh Rabah qui a écouté attentivement les interventions pour s’imprégner des réalités du développement local et des préoccupations les plus urgentes des citoyens transmises par le biais des médias. n