Les chefs du FLN, du RND, de TAJ et du MPA devraient se réunir dans les prochains jours. C’est à l’approche de l’élection présidentielle que les partis, composant l’Alliance de soutien au président Abdelaziz Bouteflika, devraient réinvestir le terrain et réaffirmer leur position de principe, à savoir l’appel à un autre mandat pour le président. L’annonce a été faite, hier, par le président de Tajamou amel el djazaïr (TAJ) Amar Ghoul, à l’issue d’une rencontre avec l’ambassadeur d’Espagne à Alger. Pour sa première sortie publique, le représentant diplomatique espagnol a choisi de rencontrer le chef de Taj dans l’espoir de saisir les tenants et aboutissants de la scène politique nationale à l’approche de la présidentielle. Selon Amar Ghoul, « l’Alliance tiendra sa rencontre prochainement et abordera plusieurs sujets, notamment, la présidentielle ». Selon lui, les quatre partis de l’Alliance réaffirmeront leurs soutien et fidélité au chef de l’Etat et devront réitérer leur sollicitation au Président pour qu’il se porte candidat à la présidentielle du jeudi 18 avril 2019. « Notre position est connue et notre candidat est le président Abdelaziz Bouteflika », a indiqué M. Ghoul, soulignant que « chaque parti est libre de ses positions », mais « il reste tenu de respecter les engagements pris par l’Alliance en tant que cadre de débat et de concertation commun à tous les partis ». Concernant la multiplication des candidatures à la présidentielle, dont une majorité ne donne aucun gage de sérieux, Amar Ghoul a estimé, avec un brin de sarcasme, que « nous voulons que la présidentielle soit une fête et dans une fête tout le monde est admis qui pour chanter, qui pour danser et qui pour préparer ». Interrogé sur la déclaration d’Abderrezak Makri, président du MSP et candidat, à propos du danger de la tenue de la présidentielle, il a souligné qu’on ne peut à la fois qualifier un scrutin présidentiel de danger et y prendre en même temps part. « Dans ce cas de figure, le problème réside plutôt dans la personne qui agit ainsi », a-t-il encore dit, rappelant que « chacun est responsable de ses déclarations ». Sur un autre volet, le président de Taj a informé que le conseil national de son parti se tiendra le week-end prochain. « Lors de cette session, nous allons confirmer toutes les instances du parti issues du congrès et nous allons réaffirmer notre position, notre soutien et notre fidélité au président Bouteflika », a-t-il dit. Ajoutant que c’est lors de cette rencontre que le conseil national clôturera ses travaux de la session du conseil national restée ouverte depuis le dernier congrès. A côté de cette « préparation » de TAJ, il faut noter également que le RND d’Ahmed Ouyahia tiendra aussi une session de son conseil national. Il sera question de la réaffirmation de la position du parti vis-à-vis de la présidentielle, mais aussi son soutien au président Bouteflika. Idem pour le MPA d’Amara Benyounès, seul parti de l’Alliance qui ne s’est pas encore prononcé sur le 5e mandat. Le MPA tiendra, en effet, une session de son conseil national le vendredi pour trancher sa position. Une position qui ne sera pas contredite par celle déjà prise par le parti. Après ces trois conseils nationaux de TAJ, du RND et du MPA, l’Alliance tiendra une rencontre pour se préparer à la campagne électorale en faveur du chef de l’Etat qui devrait se prononcer d’ici la mi-février, selon des échos.