Lors d’une visite d’inspection et de travail effectuée hier à Alger, le ministre de l’Industrie a indiqué que « le nombre de projets d’investissements enregistrés auprès de son département a atteint plus de 22 000 en 2018, pour un montant global de 1 000 milliards de dinars ». Ces projets « vont générer 100 000 emplois », a-t-il souligné.
Ces chiffres permettent au secteur industriel de se développer et d’occuper « la troisième place en termes de richesses générées après les hydrocarbures et le tourisme », a ajouté M. Yousfi, avant d’appeler à développer davantage l’industrie pour sortir de la dépendance aux hydrocarbures. Dans cette optique, le premier responsable du secteur a manifesté la volonté des responsables de son secteur de booster la production dans certaines branches, citant le cas de l’alfa et de « certaines matières premières » pour atteindre une certaine autonomie en la matière qui permettrait de limiter les importations.
La sortie dans la wilaya d’Alger du ministre de l’Industrie et des Mines a donné lieu à l’inauguration d’une unité de fabrication de verre optique au niveau de la zone industrielle des Eucalyptus, appartenant à la firme Novartis Algérie. Ce site industriel livrera des verres correcteurs  « made in Bladi » qui sortiront d’une ligne « haut de gamme » à destination du marché local.

Non loin des Eucalyptus, M. Yousfi a également inauguré l’usine
« El Hillal » spécialisée dans la transformation de papier, au niveau de la zone industrielle d’Oued Smar. « Nous avons visité deux usines à Sétif la semaine passée et, aujourd’hui, deux autres à Alger.
Le niveau de compétences et les moyens techniques employés sont très prometteurs », fera remarquer M. Yousfi, se réjouissant que « des techniciens algériens qualifiés arrivent à manipuler des machines à la pointe de la technologie ». Selon lui, ce qu’il a vu dans les sites industriels inaugurés représente
« une plus-value pour l’industrie de notre pays qui évolue de jour en jour». L’utilisation de moyens technologiques « permet d’accroître la production et d’entrer en concurrence », a-t-il assuré.

L’usine Ford toujours à l’étude
S’exprimant lors d’une conférence de presse animée en marge de sa visite, en réponse à une question sur le projet de l’usine Ford, en Algérie, en partenariat avec Atlantis Motors du Groupe GCIM, « il est l’étude », sans apporter plus de détails.
Pour rappel, des informations avaient fait état, il y a quelques semaines, de la validation par le Conseil national des investissements (CNI) du projet du constructeur américain en Algérie, ajoutant que l’usine de montage de Ford allait être implantée au niveau de la zone industrielle de Sidi Khettab dans la wilaya de Relizane. Toutefois, aucune information n’est venue par la suite confirmer cette information, tout comme celle annonçant la validation par le même CNI d’un autre projet de montage automobile en Algérie, à savoir celui de Nissan, sous la houlette du groupe Hasnaoui, partenaire historique du constructeur japonais.