Des équipes de secours et d’intervention de la Protection civile de plusieurs wilayas ont été appelées pour renforcer les unités mobilisées, depuis jeudi dernier, dans le cadre des opérations de recherche du pompier Achour Mohamed, porté disparu dans les inondations qui ont touché des localités et quartiers de Bouira. Hier, la cellule de crise mise en place et supervisée par le Directeur général de la Protection civile en personne a décidé de passer à un autre plan. Plusieurs équipes ont été ainsi mobilisées par secteur afin de ratisser tout le passage de la canalisation où la victime a été aspirée par les eaux. Des équipements ont été aussi déployés et des moyens relevant des opérateurs privés ont également été appelés pour épauler les secours sur terrain. Les fortes pluies qui se sont abattues ces derniers jours sur la région ont rendu la mission difficile aux pompiers. Il faut noter qu’un élan de solidarité s’est formé depuis l’annonce de la disparition du jeune Achour. Des citoyens venus de plusieurs localités de Bouira et d’autres régions ont fait le déplacement pour soutenir les agents de la Protection civile sur terrain. « Nous avons fait appel à des équipes de secouristes de la wilaya de Médéa, spécialisées dans ce genre de situation », a indiqué un responsable de la Protection civile, en ajoutant que 60% du tracé a été ratissé. A 14H, les recherches se poursuivent toujours et aucune nouvelle de l’agent porté disparu n’a été encore annoncée. Il faut préciser que les inondations ont fait des dégâts importants à Bouira touchant des habitations. A Aïn Bessem, des habitants ont protesté en fermant la route pour dénoncer cette situation qui, selon eux, résulte de l’absence des opérateurs d’entretien des canalisations des eaux pluviales.