L’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) s’est inquiétée de la situation des migrants en Méditerranée, après deux naufrages, de nombreux autres incidents de sauvetage, et des informations selon lesquelles les garde-côtes libyens n’ont pas été en mesure de réagir à des incidents en raison de pénuries de carburant, rapportent mercredi des médias. Environ 170 personnes sont décédées ou portées disparues lors de deux naufrages distincts en mer Méditerranée. «Le premier drame est un navire avec 117 passagers à bord qui a coulé au large de la Libye, et le second dans les eaux reliant le Maroc à l’Espagne avec 53 personnes», a déclaré Charlie Yaxley, porte-parole du HCR, lors d’un point de presse tenu mardi à Genève.
Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le nombre de décès le long des trois principaux itinéraires méditerranéens pendant les trois premières semaines de janvier s’élève à 203, contre 201 pendant la même période en 2018. «Le pire a été enregistré en janvier 2016, lorsque 370 personnes sont mortes aux passages frontaliers maritimes de l’Union européenne (UE)», a ajouté le porte-parole de l’OIM, Joel Millman.
A noter qu’en 2014, l’OIM n’a enregistré que 12 décès de migrants en Méditerranée. Par ailleurs, le HCR s’est préoccupé du sort de près de 144 réfugiés et migrants secourus le 20 janvier par un navire marchand, le Lady Sham. «Le bateau a débarqué la nuit dernière à Misrata, en Libye, sur ordre du Centre conjoint de secours et de coordination de Tripoli (Jrcc) et cela nous préoccupe particulièrement», s’est inquiété le porte-parole du HCR.
L’agence onusienne a, en outre, souligné que la situation dans ce pays n’est pas sûre pour les migrants et les réfugiés. «Vu le contexte actuel en Libye où sévissent des flambées de violence, aucun réfugié ou migrant sauvé en mer ne devrait y être renvoyé», a déclaré M. Yaxley.
Pour l’agence onusienne, la polémique à l’heure actuelle autour des sauvetages en mer empêche de se concentrer sérieusement sur une solution au problème. «En attendant, des vies sont tragiquement perdues», a regretté le porte-parole du HCR, invitant les politiciens à «cesser d’utiliser des êtres humains à des fins politiques».
Selon le HCR, il est urgent pour les Etats de prendre des mesures pour renforcer leurs capacités de recherche et de sauvetage en Méditerranée en multipliant les opérations coordonnées entre plusieurs Etats, en rétablissant le débarquement rapide dans un lieu sûr et en levant les obstacles au travail des navires de sauvetage des ONG. «Les personnes qui ne peuvent pas prétendre à une demande d’asile ou à une autre forme de protection internationale doivent être rapidement aidées pour pouvoir rentrer chez elles», a ajouté
M. Yaxley. Au total, 4883 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer pendant les trois premières semaines de 2019, soit une légère augmentation par rapport au nombre de migrants arrivés pendant la même période l’an dernier, 4 466.
En Amérique latine, le Pape François, arrivé hier au Panama pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), a indiqué avoir choisi d’aborder la question migratoire qui se pose aussi avec acuité dans cette partie du monde.
Des caravanes de milliers de migrants centraméricains marchant désespérément vers les États-Unis, à l’exode massif de Vénézuéliens fuyant la crise économique et politique dans leur pays, l’année 2018 a été marquée par des flux migratoires sans précédent dans la région.<