Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a nommé, hier mardi, Mourad Ouadahi, au poste de directeur général de l’Office national de la Culture et de l’information (ONCI), en remplacement de Lakhdar Bentorki qui occupait ce poste depuis plus de 20 ans, a indiqué un communiqué du ministère.  M. Oudahi, longtemps journaliste, était, avant cette nomination, directeur de la Chaîne de radio «Jil FM» qu’il a pratiquement mise sur les fonts baptismaux avec une équipe de jeunes.

Par Farid Ainouche
M. Bentorki, lui, semble avoir fait les frais d’un long bras de fer qu’il a eu avec le ministre de la culture qui n’a pas semblé partager sa vision de la gestion de l’Office. Si l’on se réfère à la chronique médiatique, les deux hommes étaient en difficulté de communication depuis un peu plus d’une année et le climat de leur relation s’est carrément dégradé ces derniers temps. Le résultat, on le connaît désormais, est que M. Bentorki, quitte l’office après vingt ans de pouvoir pratiquement sans partage et  une carrière des plus longues pour un cadre fonctionnaire de la culture. Pour son ministre, M. Mihoubi, la nomination de M. Ouadahi  visait à «insuffler une nouvelle dynamique  aux établissements relevant du ministère» et à «exploiter de nouvelles compétences ayant fait leurs preuves dans des postes de responsabilité». Le nouveau patron de l’Office aura la lourde charge de gérer le dossier des festivals dans un contexte de contrainte économique aigue. Il aura également pour mission de relancer celui relatif aux salles de cinéma et à leur exploitation. Dans une déclaration récente, Azzeddine Mihoubi, a annoncé que la mission de l’ONCI est de «faire l’état des lieux» et de «relancer» les salles de cinéma.
La nomination de Mourad Ouadahi à la tête de l’ONCI intervient quelques semaines après
celle qui a vu le journaliste et documentariste Salim Aggar être désigné à la tête de la
cinémathèque algérienne.