Les rencontres des poètes arabes accroissent le niveau de la créativité littéraire et contribuent à mûrir les idées des poètes, ont affirmé les participants à la 4e édition des journées littéraires arabes de la poésie créative de Doucen à Biskra, initiée par l’association culturelle Besma, en coordination avec l’association culturelle Wafa et la contribution des Assemblées populaires communales de Laghrous, Ouled Djellal et Doucen
« Rencontrer différentes générations de poètes de différents pays au cours de cet évènement littéraire contribue à mûrir les idées des poètes et donne un élan puissant à la poésie », a indiqué à l’APS le poète Lakhdar Fellous de M’sila, à l’occasion de la clôture, dans la soirée de lundi dernier, de cette manifestation dans la commune de Laghrous. Assurant que «les tribunes seules ne suffisent pas à réciter tous les poèmes, mais ce sont les débats portant sur les expériences en la matière qui œuvrent à l’éclosion des idées, en particulier, concernant les talents émergents ».
Ce même poète a également indiqué que «ces journées littéraires, regroupant des poètes venus des pays arabes tels la Tunisie, l’Arabie saoudite et la Syrie, en plus de l’Algérie, ont déclamé un chapelet de poèmes de qualité ayant réjoui le public et les critiques, notamment les jeunes poètes talentueux, qui ont montré qu’ils sont en mesure de faire la différence à l’avenir dans les rendez-vous littéraires à la faveur de leurs expériences cumulées».
De son côté, la poétesse saoudienne, Hamida Al Sinane, a souligné que «des manifestations de cette qualité œuvrent à l’unification du monde arabe et permettent l’échange d’expériences dans les divers genres poétiques, notamment entre les poétesses », ajoutant que «la présence de nouveaux talents lors de ces journées littéraires leur permettra de s’imposer à l’avenir».
Quant au responsable de l’association culturelle Besma, Tarek Khalfallah, il a indiqué que «ces journées littéraires œuvrent à créer un lien entre les poètes algériens et leurs congénères venus des pays arabes afin de mettre en valeur la richesse créatrice du poète algérien et son patrimoine, notamment à travers le parcours du défunt poète Athmane Loucif et d’autres grands noms de la poésie».
R. C