A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la commune, le ministre de l’Intérieur a appelé les présidents des communes à retrousser les manches et à faire plus de terrain au lieu de rester dans les bureaux.

S’exprimant, en marge des festivités de la Journée nationale de la commune, organisées jeudi dernier, au siège de la wilaya d’Alger, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a adressé, encore une fois, un message explicite aux APC, les incitant à communiquer plus avec les citoyens et surtout à sortir sur le terrain pour gérer leurs communes.
Selon lui, il faut que les élus soient plus agressifs, ils doivent sortir sur le terrain, oublier la gestion archaïque qui se faisait uniquement à partir des bureaux. « Votre première mission est d’être à l’écoute des citoyens et les faire participer au développement de leur commune », a-t-il déclaré. Exhortant ces responsables à « être plus proches du citoyen, à le défendre, à le respecter et à lui ouvrir leurs portes pour une relation qui dépasse le cadre conjoncturel », le ministre de l’Intérieur a soutenu que « la participation citoyenne est une école qui doit donner lieu à une génération de reconnaissance non de déni, une génération qui donne plus qu’elle ne demande », les invitant à « s’affranchir de la gestion administrative bureaucratique et à sortir des assemblées élues et des administrations ».
Pour lui, les Collectivités locales sont le prolongement naturel des institutions constitutionnelles de l’Etat, un rempart contre lequel s’échouent toutes les vaines tentatives de faire basculer dans le doute, le discrédit et l’aventurisme les aspirations du peuple et d’instrumentaliser ses peines. Il a appelé dans ce sens, les élus à « l’adhésion autour des institutions de l’Etat, qui sont la soupape de sécurité de cette patrie et à faire barrage à toute atteinte à sa légitimité et représentativité et à toute menace de son unité et sa pérennité ».
Un chèque de 100 milliards DA pour les APC
Auparavant, le ministre n’a cessé d’appeler les communes à ne plus attendre les subventions de l’Etat et inviter les élus locaux à retrousser leurs manches. C’est-à-dire à ne compter que sur leurs ressources propres et les potentialités locales dans la mobilisation des financements.
Le ministre de l’Intérieur a affirmé que « le gouvernement ne ménage aucun effort pour le soutien des élus à travers la consolidation des dotations aux plans communaux de développement qui dépassent, depuis quelques années, les 100 milliards DA/an ainsi qu’aux grands plans sectoriels permettant de faire face au développement croissant des villes ». Il a rappelé, à ce propos, « la décision du président de la République relative la réactivation des Fonds de développement des wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux en accompagnement de la stratégie de réorganisation des territoires à travers les wilayas déléguées et les nouvelles circonscriptions administratives ».
Le ministre a insisté, dans ce sens, que « le gouvernement œuvre, sur instruction du président de la République, à la concrétisation de cette stratégie, qui s’inscrit en droite ligne des orientations du Schéma national de l’aménagement durable du territoire, et qui englobera l’ensemble des wilayas du pays», afin de «s’orienter dans le futur vers une organisation territoriale à même de consolider la décentralisation en tant que choix inéluctable et irréversible ».
Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur a remis des distinctions à des familles de victimes du devoir national et à nombre de présidents et de fonctionnaires d’APC. Cette cérémonie a été marquée, en outre, par l’attribution d’un prix de 100 millions de dinars à trois communes pionnières en matière d’énergies renouvelables, à savoir Ouargla, Laghouat et Theniet El Had (w. de Tissemsilt).
En clôture, une convention a été signée entre le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et l’Agence nationale des déchets sous la supervision des ministres des deux départements.