Les hommes grenouilles appartenant au corps des garde-côtes de Beni Saf(Aïn Temouchent) ont repêché ce weekend, au large de la mer, un corps dans un état de décomposition avancée, selon une source sécuritaire.

Il s’agit a priori d’un harrag qui faisait partie d’un groupe de personnes qui tentaient d’émigrer clandestinement à bord d’embarcation de fortune vers l’autre rive, en l’occurrence l’Espagne. A noter que ces derniers harraga ont été dernièrement portés disparus. Quant au harrag repêché, de sexe masculin, son identification était difficile du fait que le corps était putréfié et étêté. La dépouille a été évacuée par une ambulance de la protection civile vers la morgue de l’hôpital de Beni Saf pour les formalités médicolégales. Le procureur de la République a été avisé de cette découverte macabre. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie nationale pour établir l’identité du corps et déterminer les causes et circonstances du décès de ce harrag. Rappelons dans ce contexte que les gardes-côtes de Béni-Saf avaient repêché, en février dernier(2018), deux cadavres qui flottaient sur la surface à environ 25 milles marins au nord de Béni-Saf. Les deux cadavres, dont l’un est de sexe féminin, étaient dans un état de décomposition très avancée. Selon une source officielle, ils faisaient partie d’un groupe de ressortissants subsahariens qui voulaient rejoindre les côtes espagnoles à bord d’une embarcation qui aurait probablement chaviré en pleine mer.