Devant se tenir au mois de novembre 2018, à Tizi Ouzou, la 5e édition de la foire du miel et des produits de la ruche qu’organisent conjointement la Chambre de l’agriculture et l’association des apiculteurs de la wilaya de Tizi Ouzou, en collaboration avec la coopérative CAPTO et l’Office interprofessionnel de l’apiculture, n’a pu se tenir qu’en ce début de l’année 2019.

L’événement qui a pris ses quartiers à l’esplanade de l’ex-hôtel de ville de Tizi Ouzou a été inauguré, avant-hier, dimanche, par les autorités de la wilaya dont le wali et le
P/AW et durera jusqu’au 12 du mois en cours, avec la participation d’une trentaine d’apiculteurs professionnels et producteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou.« Valoriser les productions de l’apiculture du massif du Djurdjura, promouvoir les miels de montagne, caractérisation des miels, notamment le miel du maquis, de forêt, et de garrigue, initier les consommateurs à la dégustation des miels ; à la reconnaissance des différentes flores, bruyères, lavande, chêne vert, hédysarum ; inule visqueuse, et eucalyptus » sont les objectifs assignés à cette foire. Les organisateurs se donnent pour mission, à l’occasion de ce rendez-vous des apiculteurs de la wilaya de Tizi Ouzou et d’autres régions du pays, « de classer le miel du massif de Djurdjura comme produit de terroir, avec la reconnaissance par l’autorité compétente du label miel du massif de Djurdjura » A cette occasion, la profession va présenter au grand public son programme sur le développement du miel en Kabylie. Pour l’heure, le constat est au pessimisme puisque la production du miel a été revue à la baisse de moitié à Tizi Ouzou ces deux dernières années, avons-nous appris, avant-hier, à l’ouverture du salon du miel et des produits de la ruche. Le premier responsable du secteur de l’agriculture au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou lie les raisons de cette baisse aux changements climatiques qu’a connus la région, en particulier, et l’Algérie en général. Des conditions climatiques défavorables qui ont retardé la floraison, donc la disponibilité du pollen qui est la source de vie des abeilles. Les producteurs placent tous leurs espoirs sur le retour de meilleures conditions climatiques pour la relance de la production qui permettra à la wilaya de Tizi Ouzou de réaliser son ambition de devenir l’un des bassins de production du miel du pays. Une ambition que l’on soutient du côté de l’administration. On annonce un quota de plus de 6 600 ruches pleines pour promouvoir cette filière au niveau de la wilaya qui dispose d’un total de 115 780 ruches pleines pour une production de 2 602 quintaux de miel. Une bonne partie des populations des ruchers de la wilaya est destinée en premier lieu à la production d’essaims. Une activité en expansion, en raison de la maîtrise technique par les apiculteurs.
Les visiteurs qui ont afflué vers l’esplanade de l’ancienne mairie ont eu droit à la dégustation de miels issus de différentes essences florales, notamment le miel de forêt aux parfums de garrigue, bruyères, lavande, chêne vert, en plus de l’eucalyptus. La gelée royale prend une bonne place dans les stands d’exposition où l’on a remarqué une innovation dans la valorisation de la cire d’abeille. Une matière à partir de laquelle les apiculteurs ont pu fabriquer des bougies parfumées et autres babioles à usage domestique. n