Le groupe médias Temps nouveaux a rendu public hier un communiqué dans lequel il a apporté des clarifications suite à la tentative d’immolation du producteur Youcef Goucem qui avait un différend avec la Chaîne DzaïrTV du même groupe médias.

« En date du 7 janvier 2019, le producteur Youcef Goucem s’est présenté à 17h30 au siège de la Chaîne Dzaïrtv pour s’enquérir de la situation de paiement de ses prestations», a souligné la même source, précisant que le producteur « a été reçu par le nouveau directeur général, M. Abrous Outoudert, qui l’a rassuré quant à la prise en charge de sa requête et son traitement avec les services de l’administration, le lendemain ». Mais, à la grande surprise, a noté le communiqué, « M Goucem qui, à son entrée avait dissimulé une petite bouteille de jus contenant de l’essence, a tenté de s’immoler, n’était la vigilance des agents de sécurité du siège», ajoutant qu’il « a été aussitôt transporté par les services de la Protection civile vers l’hôpital de Douéra».
Pour le même groupe, cet incident «regrettable n’aurait pas dû susciter des réactions en chaîne de certains sites, qui sonnent comme un règlement de comptes, sachant que la plupart de ces sites n’ont même pas eu le réflexe professionnel de s’informer à la source».
Il a été ainsi relevé que «depuis 2013, M Goucem a réalisé plusieurs produits pour le compte de Dzaïrtv dans le cadre d’une relation contractuelle, empreinte de confiance et de respect mutuel des engagements », ajoutant en ce qui concerne les productions objet de sa réclamation, qu’il s’agit d’un feuilleton « Sa Ansa Oua Aoud » diffusé au mois de Ramadhan 2017.
«Sur le montant convenu de
17 850 000 DA TTC, Dzaïrtv a honoré le paiement de 13 375 000 DA TTC. Pour le reste à payer, qui s’élève 4 475 000 DA, M. Goucem a été invité à récupérer son chèque, depuis le mois de juillet 2018 », a indiqué le communiqué.
Il s’agit aussi, selon la même source, « du feuilleton « Arkass NNI », dont le coût a été arrêté à 5 millions de dinars et d’une caméra cachée, réalisée dans les locaux et en utilisant la logistique de Dzaïrtv, à 1 million de DA ». « En contrepartie de ces deux productions, d’une valeur de 6 millions de DA, Dzaïr TV a mis à la disposition de M. Goucem des espaces publicitaires pour des sponsors, qu’il s’était engagé à démarcher », a ajouté le groupe médias, pour qui « le différend est né suite à la volonté de M. Goucem de réviser aussi bien le montant que ses modalités de paiement arrêtés ».
Relevant que « ces faits sont relatés pour mettre fin à des spéculations malveillantes et éclairer l’opinion publique sur un différend commercial, qui, malheureusement, a tourné au drame », les gérants du groupe concluent en notant que leur préoccupation première « reste l’état de santé de M Goucem ».n