Le débat sur le respect des normes de sécurité sur les lieux de travail, notamment les chantiers de construction, est posé pendant des années en Algérie. Il vient d’être relancé cette fois après la mort de trois ouvriers à Rahmania.

Ces trois personnes sont décédées et deux autres ont été blessées, hier matin, suite à l’effondrement d’une dalle en béton sur un chantier au niveau de la commune de Rahmania dans la wilaya d’Alger, selon les services de la Protection civile, rapporte l’APS. «Une dalle en béton d’un chantier s’est effondrée, ce matin à 7h, au niveau de la commune de Rahmania à Alger, causant le décès de deux personnes et deux autres ont été blessées», précise la même source. Les victimes de l’accident ont été évacuées vers l’hôpital de Douéra, ajoutent les services de la Protection civile. Deux personnes sont mortes sur place et ont été transférées à la morgue d’Al Alia. La troisième a succombé à l’hôpital de Douéra suite à de graves blessures. La Protection civile, par la voix de son chargé de la communication, Khaled Ben Khalflah, qui s’exprimait, hier, sur la chaîne Ennahar TV, a indiqué que l’identité des personnes mortes n’est pas encore connue, précisant toutefois que des démarches sont effectuées à cet effet. Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Abdelawahid Temmar, s’est rendu, hier, sur le lieu du drame en compagnie du directeur de la Protection civile et du directeur de l’agence Aadl. Il a déclaré que les deux autres personnes sont bien prises en charge par les services d’urgence de l’hôpital de Douéra et que leurs blessures ne sont pas graves, affirmant la volonté de son département de tenir informées leurs familles respectives.
Le premier responsable du secteur a, en outre, indiqué qu’une enquête administrative sera lancée, dès aujourd’hui, afin de déterminer les causes du drame. Selon les premiers indices qu’il a constatés sur place, il a estimé qu’il s’agit d’une erreur humaine, d’un manque de vigilance.
A noter, par ailleurs que les travaux du chantier sont dirigés par une entreprise turque et des interrogations légitimes surgissent quant au respect des mesures de sécurité sur un chantier de construction.
Pour rappel, près de 3 600 accidents de travail ont été enregistrés dans la wilaya d’Alger durant les 10 premiers mois de 2018, ayant fait 31 morts.
L’agence Cnas d’Alger a dépensé près de 181 millions DA pour l’indemnisation des employés victimes d’accidents de travail ou de maladies professionnelles durant la même période. La majorité des accidents a été enregistrée dans le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP), de l’électricité et du gaz, les travailleurs n’ayant pas respecté les mesures de sécurité (combinaison de sécurité, gants, casque, stop bruit).
La moyenne d’âge des travailleurs les plus exposés aux accidents de travail est de moins de 34 ans, avec un taux supérieur à 34%, suivi par la catégorie des travailleurs sans expérience dans le domaine (27%). D’où le besoin de s’interroger sur l’application des lois promulguées à cet effet, notamment la loi 88-07 relative à l’hygiène, à la sécurité et à la médecine du travail, stipulant la nécessité de garantir aux travailleurs des combinaisons spéciales et les équipements nécessaires en vue de les protéger contre les risques d’accidents.n