Les efforts consentis pour le développement du secteur de la pêche dans la wilaya de Tlemcen se sont traduits durant l’année 2018 par une importante production halieutique, selon la direction de la pêche et des ressources halieutiques. Un total de 11 700 t de poissons a été réalisé l’année dernière, dont quelque 7 000 t de sardines, rappelle-t-on.

Ces résultats affichés sont dus notamment au renfort de la flotte par deux sardiniers et autres embarcations. A Tlemcen, la pêche joue un rôle considérable dans l’économie locale. Par sa proximité du détroit de Gibraltar, favorisé par les courants froids de l’Atlantique, le plateau continental de la wilaya de Tlemcen est considéré comme étant une des zones les plus poissonneuses du pays. De ce fait, le secteur représente un atout non négligeable pour le développement local par ses capacités de production qui sont constituées par plus de 160 unités de pêche, dont 74 chalutiers, 51 sardiniers et une quarantaine de petits métiers qui activent régulièrement, indique-t-on. Cette flotte constitue une source de revenus pour quelque 16 000 familles. Le secteur doit son essor en partie aux différentes infrastructures portuaires qui compte le port mixte commerce-pêche de Ghazaouet. Il abrite la quasi-totalité de la flottille de pêche, un abri de pêche à Honaïne avec une capacité d’accueil de 55 unités de pêche de petit tonnage et un port de pêche et de plaisance à Marsa Ben M’hidi avec une capacité de 123 embarcations (63 unités de pêche et 60 autres de plaisance), précise-t-on. S’agissant des programmes de développement à l’horizon 2035, la direction de la pêche de Tlemcen active dans le cadre d’un schéma directeur de développement du secteur de la pêche et de l’aquaculture. Ce plan d’action, qui s’étale sur les quinze prochaines années, prévoit la création d’une zone de gestion intégrée de la pêche et de l’aquaculture à Ghazaouet (Gipa Ghazaouet), qui verra la réalisation d’un port de pêche de catégorie I à Sidna Youchaâ, l’extension du port de Honaïne, l’aménagement du port de pêche et de plaisance de Marsa Ben M’hidi, ainsi que des projets d’élevage prévus dans le cadre du programme national de développement de l’aquaculture, souligne-t-on. Avec une façade maritime de 74 km, allant de la frontière marocaine à l’ouest jusqu’à la plage d’El Ouardania, limite avec la wilaya d’Aïn Témouchent à l’est, cette partie de la côte couvre le territoire de quatre daïras, Marsa Ben M’hidi, Bab El Assa, Ghazaouet et Honaïne. E. H. T.