Le tronçon de 76 km de la double voie ferrée électrifiée reliant Oued Tlélat et Tlemcen via Sidi Bel Abbès, sera réceptionné en 2019, après avoir enregistré un taux de réalisation de plus de 90%, a indiqué le directeur de wilaya des transports de Sidi Bel Abbès.

L’ambitieux projet nécessitant une enveloppe de 181 milliards de DA, qui avait été lancé en 2009 et fixé à 39 mois, a connu un grand retard, à cause de nombreuses contraintes, entre autres le conflit entre l’Institut de recherche, d’expérimentation et de développement de l’élevage de Lamtar et l’Agence nationale des études et des investissements ferroviaires (Anesrif), qui a envahi son terrain.

Les services des domaines de Sidi Bel Abbès ont réservé une superficie de 464 ha et 8 ares pour la réalisation du tronçon de la voie ferroviaire, qui était confiée à deux entreprises italiennes Per Condote d’Acque et Rizzani de Echer, détenant une longue expérience dans la technologie ferroviaire et le génie civil, géré par Anesrif et conçu de façon à contourner la ville de Sidi Bel Abbès au niveau de sa périphérie urbaine nord-est.
La première tranche de la double voie Oued Tlélat–Tlemcen s’étale sur une distance de 130 km, avec 63 ouvrages d’art et 3 tunnels et fait partie de la ligne ferroviaire reliant Oued Tlélat (Oran) à la frontière Ouest sur 196 kilomètres comprenant un total de 12 tunnels, 66 viaducs et 110 autres ouvrages d’art, avec en plus un système de signalisation et d’alerte de dernière génération.
Un projet qui va permettre au train de grande vitesse de rouler à 220 kilomètres/heure, transporter les voyageurs dans des conditions confortables, et des marchandises comme les hydrocarbures et autres matériaux lourds et permettra de dynamiser l’économie nationale et réduire la pression sur le réseau routier. Il est à indiquer que le coup d’envoi du projet a été donné par le ministre Amar Tou, en 2009. n