Considérée comme la figure de proue de la sélection algérienne de fleuret féminin, Anissa Khelfaoui, a été « la grande absente » de la première étape de la Coupe du Monde 2018, qui a eu lieu du 23 au 25 novembre dernier à la salle Harcha-Hacène (Alger). Désormais, elle est de retour sur les pistes après une longue période de convalescence.

Justement, à la veille de cette étape d’Alger, qualificative au Mondial de la discipline, le président de la Fédération algérienne d’escrime, Raouf Salim Bernaoui, a annoncé qu’Anissa Khelfaoui, entièrement remise d’une blessure aux ligaments croisés d’un genou «devrait pouvoir reprendre la compétition au mois de décembre prochain». Et c’est ce que vient de confirmer l’athlète elle-même les réseaux sociaux, en indiquant avoir reçu le feu vert de son médecin traitant pour reprendre la compétition. «Bonne nouvelle ! J’ai reçu le feu vert du médecin pour reprendre la compétition», a indiqué sur sa page Facebook l’Algérienne de 27 ans, qui s’était rompu le ligament croisé antérieur du genou gauche pendant la Coupe du monde 2017 de fleuret féminin. Elle avait alors subi une opération avant d’observer une longue période d’arrêt. Etablie au Canada, la figure de proue de la sélection algérienne de fleuret féminin était fixée dès fin octobre 2018 que son retour à la compétition allait se faire avant la fin de cette même année, et tout s’est finalement fait dans les temps. Khelfaoui a reconnu cependant que «la reprise ne sera pas facile», mais elle s’est dite «prête à relever le défi».

Retour ou pas ?

On se rappelle que lors de l’étape d’Alger, qualificative au Mondial du fleuret, et en l’absence de Khelfaoui, la Direction technique nationale (DTN) a misé sur El Houari Narimène, Inès Fellah, Chaïma Nihel Guemmar, Meriem Mebarki, Yasmine Tantast et Sonia Zeboudj pour représenter les couleurs nationales dans cet évènement planétaire, que l’Algérie abrite régulièrement depuis cinq ans.
Finalement, la sélection algérienne de fleuret féminin a été éliminée de cette première étape de la Coupe du monde qui s’est déroulée à la salle Harcha-Hacène d’Alger, après sa défaite au Tableau des 32 contre l’Irlande (45-32). Une élimination précoce lourde de conséquences, puisque le quatuor national ne pouvait même pas disputer les matchs de classement, car pour cela, il fallait atteindre au moins le Tableau des 16.
«Notre élimination est assez logique, car nous avons participé à cette Coupe du monde avec de jeunes fleurettistes qui appartiennent encore aux catégories cadettes et juniors, alors que l’Irlande a aligné des seniors parfaitement aguerries», avait alors indiqué à l’APS le sélectionneur national Zaki Tayer.
Et justement, avec le retour d’Anissa Khelfaoui, il faut bien se demander si du côté de la DTN de la Fédération algérienne d’escrime on fait toujours confiance à ses compétences. Encore faut-il aussi savoir ce qu’en pense l’athlète elle-même de son retour. Est-ce pour revenir en force au sein de la sélection nationale et se lancer d’autres nouveaux défis ? Cela reste à voir.<