De nombreux éleveurs d’ovins et de bovins disent ne pas savoir à quel saint se vouer devant l’apparition d’une mystérieuse maladie dont on ne compte plus les foyers où elle sévit.

Une inquiétude tout à fait légitime et grandissante, depuis que le directeur des services vétérinaires auprès du ministère de l’Agriculture, du Développement rural, et de la Pêche (Madrp), Kaddour Hachemi Karim, a reconnu, lors d’une conférence de presse qu’il a animée dimanche dernier au siège du ministère, en présence des responsables des filières ovines et bovines, que ses services ne sont toujours pas arrivés à identifier la maladie. C’est donc une mission des plus ardues pour les services vétérinaires pour stopper cette pandémie. Selon notre source, proche des services vétérinaires, les rapports émanant de certaines wilayas les plus touchées signalent un nombre de plus en plus important d’ovins emportés par la mystérieuse maladie. Toujours selon cette source, «du côté des bovins le nombre de décès est certes faible, mais de nombreux cas de fièvre aphteuse ont été découverts. Les services font face simultanément à deux sérieuses pandémies». Partant de ce constat on peut se demander si les services vétérinaires seront à même d’endiguer le fléau avant qu’il ne prenne des proportions dangereuses, sachant que 1 200 moutons sont morts depuis l’apparition de la maladie mystérieuse. C’est du moins ce qu’espèrent les éleveurs ovins et bovins. Le président de la Fédération nationale des éleveurs de bétail, Djilalai Azaoui, que Reporters a pu joindre par téléphone nous a indiqué que les éleveurs, habitués à faire face à des maladies comme la «blue tongue ou langue bleu» ou la fièvre aphteuse, se disent cette fois-ci fort inquiets et désemparés devant l’aveu de la tutelle de ne pouvoir en l’état actuel intervenir car n’ayant pas encore identifié cette pandémie. Et d’ajouter : «Certes le directeur des services vétérinaires nous a rassuré que ses services allaient tout faire pour découvrir l’origine de cette maladie.» Une affirmation qui ne sera pas du goût des éleveurs qui attendent des actions et non pas des promesses. Ce qui est compréhensible car les éleveurs craignent des pertes considérables dans leur cheptel. «Au sein de la filière on reste mobilisés pour aider les vétérinaires à faire leur travail, appliquer les consignes de prévention notamment celle exigeant des éleveurs d’éviter le déplacement de leur cheptel», dira Azaoui. Soulignons par ailleurs que lors du point de presse, le directeur des services vétérinaires a informé que dans l’attente de l’identification précise de la maladie pour acquérir le vaccin correspondant, il a été décidé de suspendre les importations et que les services vétérinaires au niveau des wilayas prendront toutes les mesures nécessaires pour sensibiliser les éleveurs, «lesquels devront au plus vite signaler les cas de maladie». Il a tenu à rassurer les éleveurs de bovins faisant face à des cas de fièvre aphteuse que «ses services contrôlent la situation».
Et d’ajouter à ce sujet : «Le ministère va disposer au courant du mois de janvier 2019 d’une quantité importante de vaccin contre la fièvre aphteuse.» Concernant l’indemnisation des éleveurs touchés, il a déclaré que le ministère de l’Agriculture a prévu une enveloppe de 85 millions de dinars pour l’indemnisation des éleveurs, qu’ils soient assurés ou non.
A propos de la mesure de suspension des importations de bovins décidée par les pouvoirs publics, notre source nous a appris que les importateurs à la veille de prendre possession de leur bête ont été informés que leurs bêtes seront mises en quarantaine sous lazaret jusqu’à nouvel ordre.
Une mesure certes préventive, mais qui pénalise les importateurs, car ces derniers viennent tout récemment de reprendre leurs activités après la décision de lever l’interdiction d’importation de taurillons d’engraissement et de jeunes vaches laitières, en vigueur depuis le début de l’année 2018. Pour l’heure, c’est le branle-bas de combat du côté des services vétérinaires, car l’enjeu est de taille : éradiquer au plus vite le fléau mystérieux.<