Réalisée à coups de millions, la gare routière de Fkirina demeure inexploitée depuis des années en dépit du lancement de nombreux appels d’offres pour sa soumission de 2009 à 2013.

Ces derniers sont restés sans écho et aucun soumissionnaire ne s’est présenté. La structure en question demeure en souffrance depuis 9 ans en dépit du prix des 80 millions de centimes par année fixé pour son adjudication, selon les responsables locaux de la commune de Fkirina et les services du transport. Concrétisée dans le cadre du programme des Hauts-Plateaux (touchant uniquement 13 communes sur les 29 que compte la wilaya), la gare routière de Fkirina (40 km au sud-est du chef-lieu de wilaya) de type C s’étale sur 437,34 m2 et dispose d’un bâtiment voyageurs en R+1.
Devant assurer le transport urbain (bus), elle comporte 12 quais pour bus, 8 places pour le transport intercommunal et 4 autres pour le transit alors que le nombre de places pour les taxis est de 8, 4 taxis pour le transport inter-wilaya et
4 autres pour le transport inter-communal et un parking de 5 places.
Cette situation d’abandon a soulevé les interrogations du chef de l’Exécutif lors de sa tournée dans la commune de Fkirina qui a instruit les responsables pour l’élaboration d’un cahier des charges et le lancement de l’adjudication dans un délai d’un mois. En cas de non-fructification, il faut faire appel à la Sogral pour son éventuelle prise en charge. « Il faut qu’elle rentre en exploitation dans les plus brefs délais », avait martelé le chef de l’Exécutif.
K. M.