Selon un bilan établi au titre de la campagne 2018 par la Conservation des forêts de Tlemcen sous la houlette de Hadj Saïd Kazi, ex-directeur du PNT, il a été enregistré 20 incendies qui ont ravagé près de 188 ha (entre forêts, maquis, broussailles, alfa).

Quant au bilan des incendies de moins d’un hectare, il s’illustre par 89 foyers, soit une superficie incendiée estimée à 30,22 ha entre broussailles, tapis herbacé, cultures céréalières, chaumes et vergers. A ce titre, le nombre total de foyers d’incendies s’élève à 109, correspondant à une superficie globale incendiée, de 148,02 ha. Hors campagne, il a été enregistré 2 foyers au mois de novembre 2018. Par rapport à l’exercice 2017, il est fait état de 38 feux de forêt, soit près de 160 ha ravagés. Il est fait état de 104 foyers survenus sur moins d’un hectare, ayant causé l’incendie d’une superficie de 22,71 ha. Alors que le nombre total de foyers d’incendies se monte à 142 et la superficie globale incendiée à 482,66 ha. Il faut savoir que la wilaya de Tlemcen couvre une superficie forestière de l’ordre de 225 000 ha composée de forêt, de maquis, de broussaille, d’eucalyptus, de lentisque, de doum…, outre une nappe alfatière d’une superficie de
154 000 ha avec un taux de boisement de 24 %. Les peuplements forestiers se composent de diverses formations sylvestres dont le pin d’Alep
(83 000 ha), le chêne vert (82 000 ha), le thuya (16 500 ha), le genévrier (13 000 ha) et le chêne-liège (4 860 ha), ainsi que les broussailles, à savoir les lentisques, doum, oléastre (25 640 ha). La répartition par ordre d’importance des massifs forestiers se décline comme suit au niveau de 5 daïras : Aïn Tellout 25 624 ha, Sebdou 28 752 ha, Beni Boussaïd 24 312 ha, Beni Snous 31 901 ha et Mansourah 9 016 ha. S’agissant des dispositions prises en matière de lutte contre les feux de forêt, ladite Conservation met un dispositif de prévention et de lutte contre ce fléau, notamment en période estivale, en impliquant d’autres secteurs comme parties à savoir la direction de la Protection civile, la direction des travaux publics, la direction des ressources en eau, les daïras, les APC…). A ce titre, une permanence 24H/24 est assurée durant la campagne estivale du 1er juin au 1er novembre 2018 au niveau de la Conservation des forêts, les circonscriptions des forêts, les districts des forêts et les triages ainsi que les structures sous tutelle, à savoir le parc national de Tlemcen, la réserve de chasse et le centre cynégétique. Le volet information et sensibilisation du citoyen n’est pas en reste puisque l’administration des forêts a organisé et participé à la célébration des journées commémoratives nationales et internationales sur l’importance de la forêt et ses bienfaits au profit du grand public (émissions radio, prêches et causeries religieuses, affiches, dépliants et autocollants, volontariat…). Dans ce cadre, la Conservation des forêts a élaboré un programme quinquennal 2015-2019 axés sur des travaux de prévention réalisés au titre de l’exercice 2018, afin de préserver le patrimoine forestier, et qui consiste en l’aménagement de pistes (32 km), ouverture de TPF (72 ha), aménagement des tranchées parefeux (1 405). A ce titre, la DSA a réalisé des tournières tout autour des parcelles céréalières limitrophes aux massifs forestiers, équipés par des matériels agricoles roulants en moyens anti-feu (cache-flammes pour les moissonneuses-batteuses, tracteurs durant la campagne moissons-battage et fauchage des fourrages accompagné de citernes d’eau tractés). Pour sa part, la DTP a effectué des travaux de désherbage et d’entretien des accotements des routes nationales, chemins de wilaya traversant les massifs forestiers. Alors que la SDO (ex-Sonelgaz) a pris en charge les travaux d’entretien de tranchées parefeu sous lignes de haute tension. Quant à la SNCF, elle a contribué à ce programme avec des travaux d’entretien des accotements des voies ferrées. Sur le plan logistique et opérationnel, il a été mobilisé12 brigades mobiles composées de 12 CCFL type station avec 53 agents forestiers et 7 tracteurs avec citerne de 3 000 litres à travers les massifs forestiers. Outre une colonne mobile de la région Ouest composée de 8 CCFFL avec 12 agents forestiers positionnés au niveau du Centre de formation professionnelle de Boudjlida (Tlemcen), 9 postes de vigie opérationnels avec un effectif de 18 éléments et 64 (U) points d’eau mis à la disposition des brigades mobiles d’intervention recensés par la direction des ressources en eau en collaboration avec l’administration des forêts. Sans compter un dispositif spécial mis en place au niveau de la forêt suburbaine de Lalla Setti avec 1 CCFL du parc national et 1 camion CCFM de la Protection civile, 2 CCFL au niveau de la forêt domaniale de Hafir, Zariffet et la réserve de chasse de Moutas et
1 CCFM de la Protection civile au niveau de la forêt de Marsat Ben M’Hidi (zone balnéaire, grand flux d’estivants). A noter dans ce sillage que le programme de construction de 13 postes de vigie n’est pas encore lancé. Il convient d’indiquer que les gardes-forestiers sont équipés de moyens de transmission dont 2 stations relais (fonctionnelles), 2 stations fixes, 17 semi-fixes, 27 stations mobiles et 24 portatives. Le bilan fait, cependant, état, faut-il le souligner, des contraintes rencontrées dans la prévention et la lutte contre les feux de forêt, à savoir le manque d’effectifs (agents forestiers et ouvriers), de moyens d’intervention pour la brigade forestière chargée de première intervention et de points d’eau dans les massifs forestiers sensibles, inexistence de la couverture réseau de transmissions dans certaines zones forestières, nombre insuffisant de poste de vigie par rapport à la superficie forestière de la wilaya, accès difficile à l’intérieur des massifs forestiers (pistes détériorées ou non aménagées), impossibilité d’intervention dans des massifs très accidentés nécessitant une intervention aérienne. Au fait, la Protection civile dispose-t-elle d’avions « Canadair » ?