C’est sous son nom d’état civil, Boukherouba Mohamed, que le futur colonel Boumediène est signalé pour la première fois dans l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne.

Etudiant établi au Caire, il figurait parmi les sept Algériens requis par Nadir Bouzar, Algérien proche du comité de libération du Maghreb, chargé par Ahmed Ben Bella de convoyer un chargement d’armes – 21 tonnes – vers les maquis de l’ALN. L’expédition à bord du « Dina », bateau de la princesse Dina, épouse du roi de Jordanie, allait durer trente jours au lieu des trois jours envisagés et devait affronter tempêtes et avanies. Le débarquement, dans le port de Nador, avait mobilisé les hommes de la Zone V, sans doute sous la direction de Abdelhafid Boussouf. Il est raisonnable de dater, de cet événement, la jonction entre le futur chef du MALG et de l’étudiant alors anonyme. Les témoignages des anciens cadres du MALG – Mohamed Lemkami, Abderrahmane Berrouane – signalent, en effet, la présence de celui qui se faisait appeler Boumediène dans la proximité de Si Mabrouk.
A. M.