Le documentaire «Yes Lukan Tour», réalisé par Melissa Yami, a été présenté pour la première fois à Alger, lors d’une projection organisée samedi dernier à l’Ecole supérieure algérienne des affaires (Esaa)

  en partenariat, avec Algerian center for social entrepreneurship (ACSE)  et le cinéclub Cinuvers. Il met en avant plusieurs actions à caractère social, économique ou écologique présentées comme des «initiatives positives» d’entrepreneuriat social. Des projets portés par des associations, des entreprises ou, plus généralement, par des particuliers ayant décidé de venir en aide à leur communauté. Le film, déjà programmé pour plusieurs projections à Oran, Djanet, Tizi Ouzou et Béjaïa, met ainsi notamment en relief des réussites : le projet de la ville écologique de Tafilalt porté par la fondation Amidoul de Ghardaïa, le travail de l’association Les mains solidaires venant en aide aux enfants malades à Sétif, ou encore l’action de l’Association des femmes de Sahel sous l’impulsion de Fadila Bakouche. La réalisatrice du documentaire précise que le film ne met en avant qu’un petit échantillon de ces initiatives positives algériennes de projets. Elle confie à ce sujet : «Je me suis dit qu’il fallait partager ces initiatives avec les gens. Sur toutes les personnes qui regarderont le film, peut-être qu’une, deux ou dix, se diront pourquoi pas moi ? C’est cela avoir un impact à son échelle.» 
N. K.