L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel a été de 4,5% jusqu’à novembre 2018, selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS) rapportés par l’APS. L’évolution des prix à la consommation en rythme annuel à novembre 2018 est le taux d’inflation moyen annuel calculé en tenant compte des 12 mois allant de décembre 2017 à novembre 2018 par rapport à la période allant de décembre 2016 à novembre 2017.

Quant à la variation mensuelle des prix à la consommation, c’est-à-dire l’évolution de l’indice du mois de novembre 2018 par rapport à celui du mois d’octobre 2018, elle a baissé de 0,5%. En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont inscrit un recul de 1,4% en novembre par rapport à octobre 2018, résultant d’une décroissance des prix des produits agricoles frais (-2,9%). Cette variation baissière des prix des produits agricoles frais a été induite, principalement, par la chute des prix des fruits (-11%), des légumes (-10,8%) dont la pomme de terre (-4,6%). En revanche, des hausses ont caractérisé les autres produits alimentaires, notamment la viande de poulet (+5,3%) et les œufs (+10,7%). Pour les prix des produits alimentaires industriels (agroalimentaires), ils ont connu une légère hausse de 0,2% due, particulièrement, à l’augmentation des prix du café (+1,4%). Concernant les prix des produits manufacturés, ils ont connu une variation haussière de 0,3% tandis que ceux des services ont augmenté de 0,6%, précise l’ONS.
Par groupe de biens et services, les prix du groupe Habillement-Chaussures ont connu une hausse de 0,6%, tandis que ceux de l’Education-Culture-Loisirs ont augmenté de 1,6%. Le groupe Produits divers a aussi observé une variation haussière de 0,6%. Même tendance a été enregistrée concernant la Santé-hygiène corporelle (+0,4%). Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, avait annoncé un recul du taux d’inflation de 5,59 % fin 2017 à 4,33 % fin avril 2018 avec une hausse de 4,82 % au mois d’août puis un recul à 4,53 % en octobre 2018. L’inflation demeure « modérée », a considéré le gouverneur, appelant à « renforcer la maîtrise de l’inflation avec beaucoup d’efforts pour réduire les dysfonctionnements au niveau des marchés de marchandise et de services ».<