La production mellifère à Boumerdès a enregistré une légère baisse durant la campagne 2017/2018, soit près 2 000 quintaux produits comparativement à l’année d’avant qui a connu une récolte de 2 100 q de miel,

a-t-on appris dimanche à l’occasion de la Foire nationale du miel, organisée à l’initiative de l’association apicole des Issers. Cette légère contraction de la production n’a pas eu d’effets notoires sur les prix du miel, demeurés quasiment au même niveau que celui de la campagne écoulée, selon les informations recueillies sur place par l’APS. Depuis début 2018, la moyenne de production par ruche s’est stabilisée autour de 1,5 kilo de miel, a indiqué Bouachreb Fouad, président de l’Association interprofessionnelle de la filière apicole de la wilaya. Il a fait part d’une « instabilité » enregistrée dans le rendement de la filière depuis 2011, la production ayant atteint à l’époque près de 2 000 q, avant de reculer l’année d’après (2012) à 900 q, puis de remonter à plus de 1 900 q en 2013, contre 1 600 q en 2014. «Une fluctuation» qui, selon le responsable et nombre d’exposants, est à l’origine de la stabilisation à la hausse des prix du miel ces dernières années, en restant dans une fourchette de
2 000 DA à 4 500 DA le kilogramme de miel, voire 5 000 DA pour certaines qualités dites supérieures, comme le miel de jujubier. En l’absence d’un marché pour organiser la vente du produit, la coopérative agricole des apiculteurs des Issers, unique en son genre à l’échelle locale, œuvre, selon son responsable, Djemaâtene Ali, «au maintien de prix abordables de ce produit qu’elle écoule dans une fourchette de 2 500 à
3 500 DA le kilo», a-t-il assuré.
A l’origine de cette stabilité, M. Bouchareb a cité particulièrement le soutien permanent des pouvoirs publics à la filière, ayant contribué à une hausse du nombre d’apiculteurs qui sont passés de 2 000 en 2011 à près de 2 244 actuellement, outre les conditions climatiques favorables à la floraison. Ajouter à cela la hausse du nombre de ruches productrices, estimé à
84 000 en 2011, avant d’être portées à 120 743 ruches, dont plus de 50 000 «très productives».
Une trentaine d’exposants issus de neuf wilayas du pays prennent part à ce Salon national d’une semaine. Outre l’ouverture de stands de vente de miel et des produits de la ruche, la manifestation comporte aussi l’animation de nombreuses communications techniques et de vulgarisation, en plus d’activités éducatives pour les enfants et des concours de dégustation.
Selon le président de l’association organisatrice, ce Salon se veut un cadre pour faire la promotion des capacités de cette filière agricole et l’encouragement des segments de la production et de la commercialisation,
notamment. (APS