La direction régionale des Douanes de Annaba a été, encore une fois, secouée par un scandale de conteneurs renfermant des marchandises importées illégalement dans lequel des agents et des inspecteurs de visite sont impliqués.

C’est une affaire rocambolesque dans la mesure où il a fallu l’intervention de la BRI, lors d’un contrôle de routine d’un véhicule conduit par un repris de justice, pour mettre à nu une fraude. Lors de la fouille du véhicule en question, il a été découvert une balance électronique de précision fabriquée en Chine. L’interrogatoire du suspect a mené à un manutentionnaire au niveau du port qui ne tarda pas à reconnaître que le produit en question a été volé d’un conteneur encore à quai, révélant par la même occasion l’identité de quatre de ses complices qui, eux aussi, «se sont servis».
La BRI, qui a pris contact avec la direction régionale des Douanes, a ouvert une enquête. C’est le directeur en personne qui ordonna une contre-visite du conteneur censé avoir été inspecté et vérifié. L’équipe d’agents mobilisée a découvert 25 cartons contenant 1 875 unités de balances électroniques, un produit soumis à autorisation, mais qui, pourtant, a pu passer sans problème. De là, la décision du directeur régional de suspendre tous les agents chargés de la visite et du contrôle dudit conteneur n’a pas tardé, en attendant les conclusions de l’enquête, qui donneront lieu certainement à de lourdes sanctions internes, mais aussi à des poursuites judiciaires.
Toujours au niveau de la direction régionale, rappelons que l’affaire des conteneurs pleins à craquer de marchandises interdites à l’importation est toujours en cours et un sous-directeur chargé du contentieux et des recouvrements a été, lui aussi, suspendu récemment, après avoir été cité et auditionné par le magistrat instructeur en charge de ladite affaire. Rappelons que ce scandale a vu défiler devant le juge pas moins de 17 fonctionnaires, dont l’ex-directeur régional (frère de l’ex-DGSN) de cette institution, le chef d’inspection divisionnaire et 5 inspecteurs, qui se sont vus retirer leurs passeports par la Gendarmerie nationale sur instruction du procureur de la République. Tout ce beau monde devrait répondre des chefs d’accusation de corruption, complicité, trafic de conteneurs et transfert illicite de devises.