Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a annoncé samedi à Tipasa la réception programmée par ses services, avant la prochaine campagne moissons-battages,

de projets d’une capacité de stockage de plus de 3 millions de quintaux de céréales. « L’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) s’apprête à la réception, durant l’année prochaine, de neuf projets d’une capacité de stockage globale de 3,2 millions de quintaux, avant le lancement de la campagne moissons-battages au mois de juin », a indiqué M. Bouazghi, dans une déclaration à la presse à l’issue d’une visite de travail à Tipasa, durant laquelle il s’est enquis de l’avancement du projet du silo de stockage de céréales de Hameur El Aïn, d’une capacité de 50 000 tonnes. Il a fait part de certaines entraves rencontrées par ces neuf projets, en réalisation par des entreprises algériennes ou chinoises, pour lesquelles (entraves) l’OAIC « tente trouver des solutions adéquates », a-t-il ajouté. Sachant que deux silos de stockage de céréales ont été réceptionnés, dernièrement, à Bouchekouf (Souk Ahras) et El Kerroub (Constantine). Concernant la récupération des surfaces agricoles utiles « inexploitées », Le ministre a fait part de la récupération de plus de 350 000 ha, au moment où l’opération se poursuit toujours en vue de l’annulation des contrats de concession, conformément, a-t-il dit, aux instructions du président de la République de « donner la terre à celui qui la travaille ». Bouazghi, qui n’a pas omis le rôle des walis de la République dans la récupération du foncier agricole, a soutenu que la vision futuriste présidentielle, que le gouvernement œuvre à concrétiser, vise à la promotion de l’Algérie en « un pôle économique par excellence, dans lequel l’agriculture aurait un rôle capital ». Il a cité dans la même optique, la décision de réalisation du port d’El Hamdania, considéré comme le plus grand port commercial de la Méditerranée. En visitant nombre de projets relevant de son secteur, en compagnie du wali Mohamed Bouchama, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche n’a pas manqué de saluer les efforts fournis, à l’échelle locale, pour concrétiser de nombreux projets. Il s’agit notamment du lancement de projets en aquaculture, d’une capacité de production de 12 000 tonnes de poissons/an, soit un taux de 20% de la production nationale. Sur place, M. Bouazghi a souligné la nécessité de développer la filière aquacole, dans laquelle la wilaya est promue à être leader, au vu des projets existants, a-t-il observé, « pour peu que toutes les parties concernées soient mobilisées pour de faire, à travers notamment la facilitation des procédures de concession », a-t-il recommandé. En visitant une exposition de produits maraîchers et d’agrumes organisée par la Conservation forestière locale, à la forêt de Sidi Slimane de Hadjout, Bouazghi s’est félicité de ces récoltes obtenues sur des surfaces forestières, avant d’annoncer « la réalisation d’un cadastre national pour voir la possibilité de l’implantation de projets en arboriculture et en culture maraîchère, sur des surfaces forestières de deux ou trois hectares chacune », a-t-il signalé. Par ailleurs, le ministre a relevé que la wilaya de Tipasa compte une Surface agricole utile (SAU) de 70 000 ha l’habilitant, ce qui peut faire d’elle « une locomotive du secteur agricole de la région Centre du pays ». A noter, Tipasa est leader national dans de nombreuses filières agricoles, dont l’agrumiculture, l’apiculture, et les cultures maraîchères. Saluant les efforts du wali de Tipasa dans la récupération des terres agricoles inexploitées, dont il s’est lancé le défi d’en récupérer la totalité en 2019, le ministre a appelé tous les acteurs du secteur à y contribuer en vue d’atteindre un volume de production de 200 milliards de DA, contre plus de 77 milliards de DA réalisé en 2017. n