Les villages El Barrage et El Hoçaiba, relevant de la daïra de Moulay Slissene, dans le sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès, comptent des centaines d’hectares de terres agricoles et de nombreuses exploitations agricoles, qui attendent toujours d’être raccordées au réseau de l’électrification rurale. Un problème qui a été posé par les agriculteurs plusieurs fois, mais sans suite, ont-ils déploré.

Le raccordement de leurs exploitations au réseau électrique leur permettra d’optimiser l’exploitation de leurs terres et réduire les charges qui pèsent lourdement, réclament-ils. En effet, le recours aux groupes électrogènes pour faire fonctionner les puits afin d’irriguer leurs vergers d’arbres fruitiers, oliviers et amandiers et alimenter leurs bâtiments d’élevage, leur coûtent cher, mais restent, toutefois, l’unique source d’énergie électrique pour pomper l’eau et irriguer régulièrement les arbres fruitiers qui s’étendent sur une dizaine d’hectares, alors que nombre d’entre eux n’ont pas pu démarrer leur élevage bovin, ovin et avicole. D’après les fellahs, la faiblesse du réseau électrique agricole empêche l’augmentation de la production agricole et le développement de la filière élevage au niveau des deux localités, outre les vols des bestiaux et du matériel agricole dont sont souvent l’objet leurs fermes, à cause de l’obscurité. Les agriculteurs souhaitent la mise en place d’un programme d’une électrification rurale pour le désenclavement de leurs localités et pour améliorer leurs conditions de travail et développer le secteur agricole dans la région.
Les responsables de la commune d’El Hoçaiba, conscients du problème des agriculteurs, sollicitent de leur côté le renforcement du réseau électrique rural, indiquant à ce sujet que les deux projets de l’électrification rurale dont avait bénéficié la commune d’El Hoçaiba n’ont pas couvert la totalité des demandes d’anciens et de nouveaux agriculteurs ayant construit leurs fermes après l’installation du réseau électrique. n