Le blogueur de Béjaïa, Merzoug Touati, incarcéré à la prison de Blida, a mis fin, vendredi 21 décembre dernier, à la grève de la faim qu’il observait depuis le 1er décembre en signe de protestation contre sa condamnation à sept ans de réclusion criminelle par la Cour d’appel de Béjaïa. L’information a été donnée par l’un des avocats de la défense, M. Boubakeur

Hamaili en l’occurrence, qui lui a rendu visite, samedi dernier. «Je viens de rendre visite à Merzoug Touati à la prison de Blida. Il a pris la décision de geler sa grève de la faim au lendemain de la visite de sa mère, jeudi 20 décembre», écrit

M. Hamaili sur sa page Facebook. Cet avocat, qui assure bénévolement la défense du jeune blogueur, accusé «d’intelligence avec une puissance étrangère», a rappelé les trois revendications de Merzoug Touati, à savoir «la reprise du procès dans les meilleurs délais, avec toutes les garanties en ce qui concerne la présomption d’innocence, l’instruction à charge et à décharge du prévenu, et asseoir la culpabilité, s’il y a lieu, sur des preuves établies», «donner suite à la plainte qu’il a déposée contre la chaîne TV et le journal Ennahar, sur la violation du secret de l’instruction, ce qui est en violation de la loi» et, enfin, «identifier et entendre les témoins cités, et dont les noms ont été mentionnés par le juge d’instruction, qui a fondé ses accusations sur la base de leurs déclarations à travers les réseaux sociaux». Pour rappel, Merzoug Touati a été arrêté le 17 janvier 2017 et condamné en première instance à 10 ans de prison ferme. Sa peine sera ensuite réduite à 7 ans de réclusion criminelle, au terme du procès en appel, le 21 juin dernier, devant la Cour criminelle de Béjaïa.
Suite à quoi, la famille du prévenu a chargé les avocats de la défense d’introduire un pourvoi en cassation à la cour suprême.n