Les 6 000 candidats retenus pour le concours de recrutement à Sonatrach, ont entamé, hier, le premier jour des épreuves pour les spécialités sciences humaines, droits et sciences politiques.

Aujourd’hui, les épreuves concerneront les filières techniques (licenciés) et demain les ingénieurs et masters. Le concours est destiné à postuler à l’un des 500 postes ouverts par Sonatrach. Les inscriptions ont eu lieu du 12 au 15 décembre au niveau des bureaux de l’Agence nationale de l’emploi (Anem) à travers la wilaya de Ouargla, pour prendre part à ce concours, organisé par la Sonatrach et destiné uniquement aux candidats issus de la wilaya de Ouargla, titulaires de diplômes universitaires (Bac+5, Bac+4 et Bac+3) dans plusieurs spécialités, a-t-on appris du responsable de l’agence locale de l’Anem. Les candidats admis effectueront une formation professionnelle assurée par l’Institut algérien du pétrole (IAP), spécialisé dans l’encadrement du personnel recruté par Sonatrach dans les différents métiers liés au secteur des hydrocarbures. Les listes des inscrits ont été contrôlées et filtrées au niveau de la Caisse nationale d’assurance des salariés (Cnas). Seuls les vrais chômeurs (non affiliés à la Cnas) ont été retenus pour ce concours, a affirmé le responsable du secteur au niveau local.

Prévue pour le 20 septembre dernier, l’organisation du concours a été empêchée par les chômeurs qui ont organisé, ce jour-là, un grand mouvement de protestation devant le lieu de l’examen. Les candidats ont exigé le respect du caractère local du concours après avoir été violement chassés du concours IAP à Skikda et pour dénoncer le fait d’être soumis à des critères discriminatoires comme la moyenne et la limite d’âge, imposées uniquement aux postulants de Ouargla. Le concours en question, qui se déroule depuis hier et jusqu’au 25 décembre dans les locaux du pôle 2, université Kasdi-Merbah de Ouargla, va ouvrir de nouvelles opportunités d’emploi aux cadres universitaires de Ouargla au sein du groupe Sonatrach.
Pas moins de 1 500 postes de travail ont été affichés la semaine passée à travers les agences de l’emploi à Ouargla. Il s’agit, selon M. Rayek, de 900 postes dans des entreprises publiques, 300 postes de gardiennage et 350 autres postes divers.
Sedam, Yacine et d’autres candidats ont tenu à exprimer leur satisfaction quant aux épreuves, le premier jour du concours, qui se sont déroulées dans de bonnes conditions.n