Donald Trump aurait discuté en privé de la possibilité de congédier le président de la Banque centrale, agacé par la décision mercredi de l’institution d’augmenter les taux d’intérêt, selon des médias américains, une information démentie par le biais du secrétaire au Trésor.

Sollicitée par l’AFP, la Réserve Fédérale (Fed) n’a pas souhaité commenter ces informations ou préciser si une telle démarche avait un fondement juridique.
La chaîne d’informations CNN, citant deux personnes informées de ces discussions, avait indiqué que Donald Trump aurait commencé à sonder ses conseillers sur la légalité d’une telle démarche qui provoquerait sans aucun doute des remous sur les marchés du monde entier.
Mais dans des tweets, Steven Mnuchin a indiqué avoir parlé au président républicain qui lui a tenu les propos suivants: «Je suis en désaccord complet avec la politique de la Fed. Je pense que relever les taux d’intérêt (…) est une chose absolument terrible à faire en ce moment, en particulier à la lumière de négociations commerciales importantes qui sont en cours, mais je n’ai jamais suggéré de congédier le président Jay Powell et je ne crois pas avoir le droit de le faire». L’hôte de la Maison Blanche ne cesse de critiquer la Fed, sortant de la réserve habituelle des présidents de ne pas commenter les décisions de l’institution afin de respecter son indépendance. Cette semaine, il avait estimé que si la Banque centrale venait à augmenter ses taux, ce serait une «erreur». Mais le comité monétaire de la Fed a fait fi des pressions et des mises en garde du président, en relevant ses taux. Une tentative de mettre fin au mandat de Jerome Powell serait inédite et serait une attaque directe contre l’indépendance de la puissante banque centrale qui joue un rôle majeur pour la première économie de la planète.n