Le jury du Grand Prix Assia Djebar du roman, décerné pour la quatrième année consécutive, a distingué dimanche à Alger Nahed Boukhalfa, Mhenni Khalifi et Ryad Girod pour leurs œuvres littéraires en langues arabe, amazighe et française.

Les lauréats ont reçu leur prix, assorti d’une récompense financière d’un (1) million de dinars pour chacune des trois langues, lors d’une cérémonie organisée au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal, en présence de membres du gouvernement aux cotés de figures de la scène culturelle. Le Prix Assia-Djebar, distinction littéraire du nom de l’écrivaine, historienne et cinéaste algérienne disparue en 2015, a récompensé Nahed Boukhalfa pour sa fiction en Arabe  » ÓíÑÇä æÌåÉ ÑÌá ãÊÝÇÆá « ( Sirène, destination d’un homme optimiste) » , Mhenni Khalifi pour son roman en tamazight  » Imehbal  » (Les fous) et Ryad Girod pour « Les yeux de Mansour » (Français) .