Les éditions Medias-Index, fondées et dirigées par Malika Challal, ont lancé, il y a quelques mois, la collection «Plumes en herbe», dédiée à des auteurs «d’horizons divers», «jeunes et moins jeunes» par l’âge et qui se lancent dans l’écriture, «pour accoucher de leur douleur, crier fort leur détresse, ou apporter une touche créative, à une société, la leur, qui a le droit et le devoir d’écouter chacun de ses enfants», lit-on sur la présentation de l’éditrice.

Rappelant «la quête continuelle» d’éditeurs, l’éditrice estime que les auteurs ont des points de vue et des univers à partager avec les lecteurs. Pour elle, «il y a un passé à examiner, à revisiter, à comprendre et à transcender ! Comme il y a un présent à décrire, à critiquer, à vivre pleinement et un avenir à scruter et à appréhender !». Ainsi, trois ouvrages ont déjà été publiés dans cette collection, notamment le roman «Pétri d’amertume» de Mehdi Messaoudi. Ce livre est un drame social qui raconte l’histoire d’un «homme ordinaire», le boulanger-pâtissier Idriss Kazi Tani, en proie à des problèmes familiaux et sociaux. Veuf et père d’un garçon de 10 ans, Idriss est poussé par sa famille à se remarier. Mais le bonheur qu’il croyait retrouver vole en éclats, notamment à la suite d’un (malheureux) événement qu’il a subi mais qu’il n’a pu changer, se mettant ainsi à dos ses voisins, son entourage. Bien qu’elle soit une auteure déjà publiée, Ouarda Baziz Cherifi figure également dans cette collection avec son roman «Les Survivants de l’oubli», «basé sur des faits réels». Dans ce texte, l’auteure met en scène Malik, quittant les siens pour leur offrir une vie meilleure et rêvant d’un «retour glorieux». Les siens rêvaient eux aussi et «personne ne savait alors que ce voyage charrierait des montagnes de maux, des rivières de larmes, des déserts, tous chargés de douleur, de colère et d’amertume. Personne ne savait que plus jamais la vie ne serait pareille et qu’elle allait impitoyablement basculer». Le troisième livre publié dans cette collection est «Des Bouteilles brisées» d’Ahmed Khalil. Par ailleurs, la collection «Plumes en herbes» est née pour permettre aux nouvelles voix «de libérer leur fécondité d’une part, et de donner aux lecteurs, notamment les amoureux de la littérature algérienne, un avant-goût du devenir du roman et de la nouvelle chez nous, d’autre part, particulièrement en ce début du vingt et unième siècle où l’on assiste à l’effondrement de toutes les frontières culturelles», indique-t-on.n

Déjà parus dans cette collection :
«Les Survivants de l’oubli»  de Ouarda Baziz Cherifi. Prix : 650 DA.
«Pétri d’amertume» de Mehdi Messaoudi. Prix : 550 DA.
«Des Bouteilles brisées» d’Ahmed Khalil. Prix : 650 DA.