Le ministre des Travaux publics et des Transports a procédé, hier, à la mise en service du train rapide Coradia sur la ligne Annaba-Tébessa. Il effectuera aujourd’hui son premier voyage, couvrant la distance en moins de quatre heures, à une vitesse moyenne de 160 km/heure. L’heure de départ d’Annaba est fixée à 5h15 du matin et le ticket de voyage est à 895 dinars en classe économique.

Ce nouveau train de 255 places, dont 60 en première, avec un wagon pour personnes à besoins spécifiques effectuera des haltes à Bouchegouf (Guelma), Souk Ahras, M’daourouch et Oued Keberit (wilaya de Souk Ahras) puis Tébessa. «En offrant un service de qualité par le train rapide Coradia, le transport ferroviaire se dirige vers le recouvrement de la confiance des usagers et l’atténuation de la pression sur les routes», a déclaré le ministre à bord du nouveau train, sur lequel il s’est rendu d’Annaba à El Hadjar. M. Zaâlane a rappelé qu’outre la ligne Annaba-Tébessa, il sera procédé à la
réhabilitation de la ligne Annaba/Djebel El Onk (Tébessa) sur 400 km pour le transport du phosphate, affirmant que «d’ici 2023, les actions en cours de réhabilitation, modernisation et extension du réseau ferroviaire permettront de transporter annuellement 60 millions voyageurs et 70 millions tonnes de marchandises». Le ministre a annoncé le lancement d’un autre train Coradia, sur la ligne Annaba-Sétif, «dès la fin des essais en cours, au plus tard dans deux mois».
Pour M. Zaâlane, cette nouvelle ligne, qui a connu un arrêt à cause de la décennie noire, est très importante pour la bande frontalière. «C’est la ligne minière, explique-t-il, c’est par elle que le phosphate est acheminé. Elle revêt une importance capitale, une opération de réhabilitation a été réalisée et un doublement de la voie est programmé.» Et d’ajouter que cette ligne est vitale tant pour les voyageurs que pour l’économie du pays. «Cette desserte a une dimension sociale et économique par le fait que son exploitation va réduire la pression sur le transport routier avec son lot d’accidents ainsi que la détérioration des routes. Elle permet de transporter des milliers de voyageurs par an dans de bonnes conditions alliant confort, rapidité et ponctualité.
Cette ligne, qui sera doublée, permettra aussi aux entreprises de procéder à l’expédition de leurs marchandises destinées à l’exportation via le port d’Annaba, ainsi que l’importation de produits et matières premières destinées à être transformées.»
Poursuivant, le ministre dira que la modernisation de la voie ferrée ainsi que son exploitation – telle que la ligne Annaba-Sétif qui sera exploitée en 2019 – après une période de tests qui seront certainement concluants au vu de la qualité des travaux de réhabilitation exécutés, sera d’un apport certain pour la croissance et le développement économique de toute la région.
Cette modernisation touchera 6 300 km en 2023 et atteindra 12 500 km à l’orée de 2035.n