Le Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) organise, avec le concours de la wilaya d’Adrar, la 4e édition des «Ateliers d’écriture et de traduction vers tamazight» du 27 au 31 décembre à l’université Ahmed-Draia d’Adrar.

Outre des conférences thématiques et une sélection d’œuvres littéraires algériennes à traduire vers tamazight, cet événement inclut l’organisation de trois ateliers spécialisés pour prendre en charge les besoins en traduction des sites des ministères de la Justice, du Tourisme et de l’Artisanat, ainsi que les textes de création du Conseil national des droits de l’Homme. Une quarantaine de participants, dont des traducteurs, des auteurs, des enseignants universitaires et des éditeurs sont conviés à cette manifestation qui s’inscrit dans le plan de charge du HCA pour l’année 2019. Le Centre national des manuscrits qui se trouve dans cette même ville sera certainement au centre des débats, car il recèle une importante richesse, à savoir des manuscrits qui ont besoin d’être pris en charge et protégés. Pour rappel, le HCA avait organisé, du 8 au 13 décembre, à Tindouf, un séminaire consacré à «la planification linguistique et le plurilinguisme», abordant l’impact des dialectes locaux dans la communication socioculturelle en Algérie. A l’issue de ce séminaire, les recommandations des participants avaient appelé à l’impérative prise en charge des variantes linguistiques en tamazight dont le kabyle, chaoui, m’zab, zénete et tergui… Ceci, en mettant l’accent sur l’approche académique et « en donnant les moyens de la prise en charge de cette richesse, mais surtout sa préservation et son développement », comme l’avait déclaré le secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité, Si El Hachemi Assad, lors de sa prise de parole à la clôture des travaux et la lecture des recommandations. Il est à noter que l’année 2018 a été riche en événements et activités pour le HCA qui a organisé, à travers les quatre coins du pays, différentes manifestations culturelles, scientifiques, linguistiques, littéraires mais aussi des rencontres en guise d’hommage et reconnaissance aux femmes et aux hommes qui ont contribué à la promotion et à la préservation de la culture amazigh. Par ailleurs, d’autres importantes activités d’envergure nationale sont d’ores et déjà annoncées à l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh Yennayer, ainsi que des manifestations pour l’année 2019, dont les détails seront incessamment annoncés au grand public.n