La dépouille de la Norvégienne Maren Ueland, tuée dans le sud du Maroc avec son amie danoise Louisa Vesterager Jespersen, est arrivée samedi en Norvège, a annoncé dimanche l’avocat de la famille Ueland.

« Le corps de Maren est arrivé samedi après-midi à Oslo », a déclaré à l’AFP Ragnar Falck Paulsen, sans donner plus de précisions. Un avion transportant les corps des deux victimes avait quitté vendredi le Maroc à destination de Copenhague. Depuis, les autorités danoises et norvégiennes n’avaient plus fourni d’informations. Aucune date n’a encore été évoquée concernant les funérailles des deux femmes. Les corps des randonneuses âgées de 24 et 28 ans, qui se trouvaient au Maroc pour des vacances, avaient été découverts le 17 décembre sur un site isolé dans le Haut-Atlas (sud du Maroc), dans un secteur prisé par les amateurs de marche. L’une d’elles a été décapitée, selon une source proche du dossier.

– Caractère « terroriste » attesté –
Ce double meurtre a suscité une vive émotion en Norvège, au Danemark mais aussi au Maroc. Samedi, des centaines de personnes ont rendu hommage aux deux jeunes femmes. Dans la capitale Rabat, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant les ambassades du Danemark et de Norvège. Une minute de silence a été observée sur un ton solennel en présence de représentants diplomatiques des deux pays. A Imlil (sud), où les corps des deux jeunes randonneuses ont été découverts, des centaines de personnes ont également observé une minute de silence. La veille, quelque 500 personnes s’étaient rassemblées dans la ville norvégienne de Bryne (sud-ouest), pour témoigner leur soutien aux parents et aux proches de Maren Ueland. Au total, treize personnes ont été arrêtées au Maroc depuis la découverte des corps pour leurs liens présumés avec la mort des deux touristes. Premier mis en cause dans ce double meurtre pour lequel le caractère « terroriste » est désormais attesté par les autorités, Abderrahim Khayali est apparu jeudi dans une vidéo aux côtés des trois autres principaux suspects arrêtés trois jours après lui. Ils y prêtaient allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef du groupe État islamique (EI). Selon Rabat, cette séquence a été filmée une semaine avant les faits, survenus à quelques dizaines de kilomètres de là, dans un secteur du Haut-Atlas prisé des amateurs de marche. Les enquêteurs marocains cherchent encore à authentifier une autre vidéo relayée sur les réseaux sociaux, « présentée comme montrant le meurtre d’une des deux touristes », selon le procureur de Rabat. D’après les autorités norvégiennes interrogées par la télévision NRK, cette vidéo a notamment été envoyée aux proches des deux victimes, via des courriels et sur les réseaux sociaux.