Programmé sur trois jours, du 24 au 26 décembre, la galerie Espace Art Contemporain (Eespaco) d’El Achour ouvrira ses portes au public, dans le cadre d’un atelier de formation dédié à la «reprographie». Un workshop nommé «Dites-le avec la lumière» qui reviendra sur les différentes techniques de reproduction des œuvres d’art, en restituant au mieux la qualité du travail de l’artiste, les contrastes ou encore l’intensité des couleurs.

L’atelier sera animé par le plasticien et professeur des beaux-arts, Karim Sergoua, mais attention, préviennent les organisateurs, les places pour l’atelier «Dites-le avec la lumière » sont limitées. «Le workshop sera ouvert pour une trentaine de participants», a-t-on précisé, que les inscriptions à l’adresse galerie@espacodz.com étaient toujours possibles, mais que «les prochaines demandes à participation seront mises sur liste d’attente, dans le cas de désistements de dernière minute ». Par ailleurs, il est également annoncé que l’artiste programmera une deuxième rencontre le 5 janvier prochain où il reviendra plus généralement sur la question de la formation aux métiers des arts. «Le 5 janvier, nous organiserons une autre conférence, toujours animée par Karim Sergoua. Ce sera l’occasion de revenir sur les actions visant à la formation des jeunes artistes à la transmission du savoir». La galerie Espaco fait ainsi appel à l’un des artistes et formateurs les plus connus dans le monde des arts et de la culture. Karim Sergoua, issu entre autres de l’Ecole supérieure des beaux-arts d’Alger, où il enseignera également dès l’année 1989, s’est largement fait connaître pour ses actions visant à la formation des jeunes générations. Les organisateurs rappelant ainsi qu’en plus des cours donnés aux Beaux-arts d’Alger et de Tipasa, Karim Sergoua a également «créé et participé à des collectifs de peinture comme P’Art-ci P’Art-là, et Essebaghine». L’artiste ayant laissé «sa trace sur des Biennales artistiques, encourage les jeunes talents en organisant de nombreux workshops». Pour rappel, l’animateur du workshop présente, depuis le 8 décembre dernier, à la même galerie, l’exposition intitulée «7Houmate». Une collection axée sur une série de peintures à travers une série de techniques où l’artiste, tel que l’explique le critique d’art, Jaoudet Gassouma, partage avec le public certains éléments de son parcours. Le critique souligne à ce sujet que « Karim Sergoua va décliner sa propre histoire dans « 7Houmate », sept quartiers, sept blocks vivant qui deviendront un réservoir artistique original», ajoutant que « 7Houmate » faisait aussi référence à sa vision des traditions et croyances du pays où «on y voit sept parties d’un art devenu pour ce plasticien total, soit un hommage à quelque sept protecteurs échappés du monde étrange de ce flamboyant personnage à l’énergie fulgurante puisée dans les rites des zaouias, l’Algérie de nos aînés, de ces ‘’Bouderbala’’, tolbas légendaires puisant jusque dans la sublimation des mythes, des rituels volés à l’histoire immémoriale qui racontent, les saints, les méchants… et les autres ».n