En jetant un œil sur les statistiques concernant les accidents liés à la mauvaise utilisation du gaz naturel, communiquées par la direction de distribution de l’électricité et du gaz de Constantine, un constat s’impose malgré les efforts consentis par les agents de la DD de Constantine, le nombre de victimes ne cesse de s’allonger. «Et on n’est même pas en plein hiver», soulignera Kheiredine Bahri, ingénieur en sécurité à la direction de Constantine.

En effet, la journée de sensibilisation organisée par la direction de distribution au niveau de l’université islamique a eu le mérite, encore une fois, de mettre le doigt sur l’inconscience des ménages quant à l’utilisation du gaz naturel. Pour cela, M. Bouzaâbata, ingénieur à ladite direction, n’a pas été avare en informations, aussi bien techniques que pratiques concernant ce tueur silencieux qu’est le CO2, « une association incomplète de deux atomes, car si le gaz naturel brûle normalement, c’est le CO² qui se dégage de la combustion. Mais quand il y a une mauvaise combustion, il n’y a que le CO2 qui est présent dans l’air, et il est la cause de la majorité des décès». Il faut savoir que le CO cherche l’atome d’oxygène qui lui manque dans l’air ambiant, puis dans les globules blancs. Résultat : «une concentration de 0,1% du CO dans un logement entraîne la mort au bout d’une heure, et une concentration de 10%, le décès intervient instantanément», nous expliquera aussi M. Bahri. Si l’inconscience des ménages est mise en évidence quant aux nombreux accidents, 25 cette année pour Constantine, il reste que les logements bâtis récemment n’offrent pas tous la sécurité nécessaire pour les utilisateurs du gaz naturel. « Nous avons dû, récemment, nous opposer, en collaboration avec la Protection civile, à la réception de plusieurs logements parce que les promoteurs n’ont pas respecté les normes de sécurité. Malheureusement, certaines personnes inconscientes font des transformations qui s’avèreront fatales quelques semaines après », nous confiera l’organisatrice de l’évènement, Mme Bouhouche Ouahiba, responsable de la communication au niveau de Constantine. Les chiffres en notre possession révèlent en effet la véracité des dires de la responsable de la communication, car sur les 25 accidents dénombrés, la moitié s’est passée à la ville nouvelle Ali-Mendjeli, et sur les 15 décès enregistrés, 11 ont eu lieu dans la même ville. Ce qui prouve, comme avancé plus haut, que les logements livrés ne sont pas tous aux normes, et même s’ils le sont en un premier temps, les modifications apportées par les habitants mèneront tout droit vers des catastrophes annoncées. Il faut savoir aussi que l’écrasante majorité des sinistres sont le fait du CO2 et non du gaz naturel, la raison en est l’odeur caractéristique du gaz, contrairement au CO2 qui est incolore et inodore, d’où son surnom de tueur silencieux. Les appareils responsables des accidents, en grande partie, restent les chauffe-eaux et les chauffe-bains, sans oublier les chauffages contrefaits et les installations opérées par des artisans non professionnels. Il reste que les efforts de la direction de Distribution sont à louer, car, et comme leurs agents le soulignent, assez souvent, «nous vous devons plus que le confort». La prévention, la sensibilisation et la protection, aussi. n