Le 5e congrès de l’Ordre national des experts comptables s’est tenu, hier, à l’hôtel El Aurassi d’Alger et se poursuit aujourd’hui, avec la participation de plusieurs partenaires étrangers et en l’absence du ministre des Finances Abderrahmane Raouya, ayant pour thème « l’expert-comptable 

: une profession en mutation ». A cette occasion, le président de l’Ordre des experts comptables Rabah Tafighoult a tenu à souligner l’urgence de mettre à jour le métier de l’expert-comptable, et ce, en se conformant aux normes internationales. A cet effet, l’interlocuteur a mis en exergue la nécessité de la numérisation des documents financiers et leur mise à jour afin de permettre aux entreprises et aux partenaires économiques d’accéder facilement à ces documents avec une visibilité plus nette afin d’améliorer les prises de décisions. « C’est une méthode qui sera enracinée et non une mode passagère », a-t-il soutenu, en ajoutant que « malgré quelques obstacles, la dématérialisation de tous les documents est une priorité de notre secteur ». Etant donné que le secteur des finances a connu des évolutions ces dernières années, le représentant du ministre des Finances a indiqué quant à lui que les 304 experts comptables ainsi que les cinq (5) sociétés mixtes exerçant en Algérie sont insuffisants pour couvrir les besoins de l’économie nationale ainsi que l’admission de tous les stagiaires souhaitant les rejoindre. D’autre part, ces mêmes experts comptables ne sont pas familiarisés avec la comptabilité générale d’où l’urgence de les mettre à jour.