La cérémonie de béatification des moines de Tibehirine aujourd’hui à Oran est un acte chargé de symboliques sur fond de respect et de recueillement. Avec cet acte hautement significatif, l’Eglise semble irrémédiablement avoir tourné la page des incompréhensions et autres lacunes ayant émaillé les rapports récents.

Le fait que cet événement est le premier du genre dans le monde musulman, et qu’aucune Eglise n’a procédé aux béatifications en dehors du Vatican, est on ne peut mieux symptomatique de ce rapport de fraternité et de respect mutuel qui peut se targuer de n’être nulle part ailleurs. A travers cet acte, devraient être également corrigées les maladresses à l’encontre d’une communauté chrétienne viscéralement enchevêtrée dans cette terre avec ses euphories et ses douleurs.
Monseigneur Tessier, l’ancien archevêque d’Alger, disait que durant la décennie noire, il n’y avait pas que quelques dizaines de chrétiens qui étaient menacés, mais bien 30 millions d’Algériens.
Ils ne s’en allaient pas parce qu’ils avaient été mis dans cette situation de fidélité à l’Algérie et qu’ils ne voulaient pas, à l’heure du danger, prendre de la distance. La gestion de l’affaire de l’assassinat des moines et ses conséquences aura été malaisée tant elle rappelait un épisode encore douloureux de l’histoire récente du pays.
C’est pourquoi cet événement est irrémédiablement une véritable opportunité pour l’avenir qui s’offre avec cet acte autant symbolique pour les chrétiens que pour la majorité musulmane. Cette cérémonie organisée à l’initiative de l’église catholique algérienne constitue un rappel à tous les intégrismes que cette terre est celle de la tolérance. La Constitution algérienne, faut-il le rappeler, prévoit, en plus de la liberté du culte, celle de la liberté de pratiquer ses préceptes religieux. Les cérémonies de béatification, ainsi que l’inauguration de l’église de Santa Cruz, la place attenante à l’église et sa baptisation devraient rappeler encore une fois la voie salutaire. Celle de la coexistence entre toutes les religions sur cette terre millénaire à l’histoire profonde