Venant de Sidi Bel Abbès, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a été accueilli par les autorités locales, civiles et militaires, à leur tête le wali, Ali Benyaiche, devant le siège de la daïra d’Ouled Mimoun. A sa descente de voiture, le ministre sera intercepté par un groupe d’habitants du site précaire haï Zouaoui

: «Amenez le ministre à Graba !», criaient-ils, en référence au bidonville. Cette intrusion parasita le protocole. Temmar, dans un geste conciliant et hospitalier, prend le plateau de dattes et l’offre aux intrus sous le regard médusé des deux jeunes filles en «chedda »… Ce scénario a été vécu en 2014 par l’ex-wali de Tlemcen à Ouled Mimoun, lorsque le site des 100 logements a été envahi par des citoyens en colère à l’occasion d’une cérémonie de distribution. Le ministre procède à la pose de la première pierre d’un projet de 300 logements AADL, en attendant l’inscription de 1 000 autres du même type pour clôturer le quota dédié à la wilaya, qui est de l’ordre de 8 741 (90 000 est le chiffre au niveau national pour cette formule). La superficie du POS destiné à ce projet est de 35 ha. Destination Nedroma, où Abdelwahid Temmar a eu à prendre connaissance de la fiche technique relative au projet de réhabilitation du vieux bâti au lieudit Tarbi’a, où près de 815 habitations plus ou moins délabrées ont été recensées, dont 50% qui menacent ruine. Le périmètre d’intervention s’étend sur 9 ha. Les études sont prises en charge par le bureau Artec avec un délai de 4 mois. Au titre des contributions de l’Etat, 260 aides ont été octroyées aux riverains et une enveloppe de 10 milliards de centimes a été dégagée pour ce projet. Une rallonge est promise par le ministre. Les travaux devront en principe démarrer avant la fin de l’année 2018. Acte 2 : pose de la première pierre d’un projet de 100 logements AADL. C’est Hadj Ghaffour qui sera invité à signer le registre du projet (une infraction aux usages protocolaires). Sur ces entrefaites, un entrepreneur privé intercepte le ministre à la faveur de la collation. Il s’agit de Choukri Tchouar, gérant de la Sarl Kotbia dont le projet est en souffrance depuis une année et demie. Le promoteur fait face à un double problème, à savoir l’ouverture d’une usine de fabrication de coffrages légers moléculaires (une technologie de pointe américaine) qui serait tributaire du projet de réalisation de 554 logements à Remchi (8 logements par semaine) au titre de production de la référence (échantillon probatoire). Un niet catégorique lui sera opposé par le ministre. «C’est une opération commerciale», lui assène-t-il. Mais qui a parlé de «parité» public-privé en matière de réalisation de logements pour régler la crise ? Visiblement abattu, l’entrepreneur nous déclarera : «J’abandonne totalement ce projet ici. D’ailleurs, je compte le délocaliser et je vais poursuivre en justice l’AFIT pour recouvrer mes droits suite au préjudice que j’ai subi. Mon matériel est en souffrance au port». L’AFIT justifie sa «défaillance» en termes d’engagement par le fait qu’il n’y pas eu de souscripteurs par rapport à ce projet. Direction le siège de l’APW, aux Cerisiers, où le ministre présidera la cérémonie de distribution de 1 820 logements tous types confondus, dont 600 AADL 1 et 2, 200 LSP, 250 LPL et 870 aides à l’habitat rural. C’est la 5e distribution de logements, soit 4 700 unités ayant touché Tlemcen, Chetouane, Remchi, Maghnia, Mansourah, entre autres, en attendant l’attribution de 6 700 autres avant la fin de l’année 2018, selon le wali. «C’est grâce au programme ambitieux du président de la République Abdelaziz Bouteflika que tous ces projets sont réalisés au profit des citoyens, d’autant que la situation financière du pays s’améliore. Pour notre part, nous resterons debout avec cette wilaya», soulignera-t-il avant de jeter des fleurs au «rossignol de l’Algérie», Hadj Ghaffour, qui a pris part à la cérémonie protocolaire. Il faut signaler que 46 clés AADL seulement ont été «officiellement» remises à leurs bénéficiaires à cette occasion. A la fin de la cérémonie, un agent de l’AADL de Tlemcen a été agressé par un souscripteur, suite à un échange de propos désobligeants. La police a dû intervenir pour séparer les deux protagonistes. A noter que cet évènement a coïncidé, ou plutôt a été dédié à la 13e commémoration de la Charte pour la réconciliation nationale. Par ailleurs, Abdelwahid Temmar a tenu à cette occasion à présenter ses vives condoléances à l’ex-secrétaire général de la wilaya de Tlemcen, promu wali de Mila, à la suite du décès tragique de son fils. <