La Chambre d’Agriculture de la wilaya de Tipasa et la Direction des services agricoles organisent, aujourd’hui jeudi, en collaboration avec 4 Instituts techniques, la 25e édition de la Journée nationale de vulgarisation agricole sous le thème «la vulgarisation et l’appui conseil pour un développement agricole durable».

En plus des experts des instituts spécialisés, dont l’Institut national de la vulgarisation agricole (INVA), l’Institut technique des cultures maraîchères et industrielles (ITCMI), l’Institut technique de l’arboriculture fruitière et de la vigne (ITAFV), l’Institut technique des élevages (ITELV), 15 opérateurs économiques seront de la fête au siège de la Chambre d’agriculture de Tipasa. Celle-ci accueillera tout ce beau monde pour débattre des questions de l’heure et redécouvrir, à travers une exposition, les produits agricoles de la wilaya représentant les différentes filières présentés par 75 fellahs.
Selon les organisateurs, les produits du terroir seront à l’honneur et on pourra faire le point sur les mesures prises en vue de leur promotion, leur développement et leur classification selon leur territoire d’origine. Les participants à la journée ainsi que les représentants des conseils interprofessionnels, représentant les filières, débattront des difficultés rencontrées sur le terrain et celles qui ont fait débat lors de la dernière épidémie de choléra où l’agriculture, dont certaines parcelles seraient irriguées aux eaux usées, a été montrée du doigt sans preuve. Parmi les insuffisances soulevées, il sera, probablement, question comme cela a été fait lors des dernières rencontres, du déficit de coordination dans la mise en place des programmes entre les différents intervenants dans la formation et la vulgarisation agricole, le manque de moyens matériels, l’absence d’une enveloppe financière destinée à la formation sur le terrain pour mieux s’imprégner de la réalité locale. L’autre problème récurent est celui de la déperdition de certains métiers agricoles (tailleur d’arbre, greffeur, chef d’exploitation) qui doivent être réhabilités ainsi que les thèmes choisis pour la formation qui doivent répondre aux besoins et attentes des agriculteurs et par filière d’activité. Les autres points importants à discuter consistent en l’encouragement des agriculteurs et des éleveurs à maîtriser les notions élémentaires en matière de fertilisation (avec l’analyse des sols), l’irrigation (l’eau doit être apportée en fonction des besoins de la plante, de la texture des sols et de l’évapotranspiration), sans oublier le réglage du matériel agricole (semoir et pulvérisateur entre autres).
De leur côté, les représentants des ITCMI, des Grandes cultures (ITGC), de ITAFV, de la Protection des végétaux (INPV) et de l’élevage (ITELV), vont rappeler que leurs techniciens sont à la disposition des agriculteurs pour peu que ces derniers fassent appel à eux, rappelant également au passage qu’il leur est difficile d’être présents sur les exploitations agricoles au vu de la faiblesse de l’encadrement et des moyens de transport.