Le cycle de formation spécifique pour l’obtention du permis de chasse, initié par la Conservation des forêts de la wilaya d’Oum El Bouaghi pour une durée de trois jours (24, 25 et 26 septembre 2018), a regroupé plus de 200 participants à l’Institut national spécialisé de formation professionnelle

Hadjam-Aboud du chef-lieu de wilaya. Dans ce sillage, le coup d’envoi du cycle de formation a été donné, lundi dernier, par le Secrétaire général de la wilaya, en présence du conservateur des forêts de la wilaya, du directeur de la formation professionnelle et des éléments concernés par cette formation spécifique. Ces derniers ont alors pris connaissance des dispositions et procédures en matière de santé animale, d’espèces à protéger, de manipulation des armes, contenues dans la loi n° 04/07 du 14 août 2004 relative à la chasse. Cette dernière vient à point nommé combler les insuffisances de la loi n° 82-10 du 21 août 1982. Elle stipule un certain nombre de principes directeurs, tels l’organisation, les règles et les conditions relatives à l’exercice de l’activité chasse ainsi que la réglementation des moyens de la chasse, l’organisation et la réhabilitation des groupements de chasse en qualité de partenaire privilégié et incontournable de la politique cynégétique dans le pays, la mise en place des institutions et des instruments susceptibles d’assurer la protection et le développement du patrimoine cynégétique national, la clarification des missions de la police de la chasse, l’énoncé des infractions et des peines encourues, les modalités de délivrance et de validation de permis de chasse. Ces derniers temps, le braconnage a pris de l’ampleur et les opérations de chasse entreprises illégalement ont eu un impact négatif sur l’environnement, le gibier et la faune, en général. C’est pour cela que la formation en question constitue un «pré requis obligatoire» pour l’obtention du permis de chasser comme le stipule la loi en vigueur régissant l’activité de la chasse. L’objectif de cette nouvelle mesure réside essentiellement dans la protection de l’équilibre biologique et de la faune, sachant qu’actuellement la chasse est interdite, exception faite pour les battues administratives, opération destinée à réguler, ciblant notamment certaines espèces causant des dégâts aux cultures, voire parfois menaçant l’homme et les habitations.