Les responsables de la wilaya et des communes en charge de l’hygiène et la santé publique semblent s’éloigner de leur mission, malgré le retour tonitruant des maladies transmissibles telles que la rubéole, la rougeole, la tuberculose, selon des sources locales et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la dernière pathologie.

Ces mêmes responsables consacrent leur temps à gérer des conflits qui, normalement, n’ont pas lieu d’être, s’il est fait appel au bon sens pour les membres de l’exécutif et la réhabilitation des services pour les APC. Pour exemple, le chef-lieu de wilaya et ce, à l’image de toutes les communes, il suffit de faire un tour à Mostaganem pour constater que de nombreux vecteurs de maladies existent au vu et su de tous sur la voie publique, alors que certaines mosquées s’illustrent par la mise à disposition de glacières avec des timbales métalliques offertes par des commerçants et les associations aux passants et fidèles pour étancher leur soif. Il aurait été préférable et plus hygiénique de mette à la disposition de ces mêmes fidèles, des gobelets jetables pour éviter toute source de contamination et ne pas mettre en danger la santé des personnes. L’autre problème et non des moindres demeure celui du manque de toilettes qui oblige les visiteurs de la belle ville du Mimosa et les autres communes à utiliser des lieux publics, ceci pour les hommes. Quant aux femmes, ceci relève du domaine de l’impossible ! Les campagnes cycliques que menaient annuellement les services d’hygiène et l’assainissement pour la dératisation, la lutte contre les moustiques, le chaulage des puits font partie des souvenirs. Pour conclure, au niveau du chef-lieu de wilaya, un nouveau phénomène est en train de faire boule de neige, l’ouverture sur plusieurs centaines de mètres de trottoir des échoppes de grillades qui participent allégrement aux rejets atmosphériques et des effets induits.