Les collégiens et lycéens du village de Magoura, dans le sud de la wilaya, au nombre environ de 200 dont 60 filles, n’ont pas rejoint leurs classes à Bouihi et El Abed, à 20 km de leur résidence. Et pour cause. Leurs parents, à l’origine de ce boycott scolaire

, invoquent des contraintes liées à la sécurité avec les risques d’agression ou d’accident sur la voie publique et aux aléas de la météo ainsi que le rendement scolaire. «Nous ne voulons pas que nos enfants soient victimes d’accident de la route comme cela s’est produit antérieurement, où un enfant a trouvé la mort et plusieurs autres ont été grièvement blessés», expliquent les parents, qui évoquent, également, les mauvais résultats scolaires de leurs enfants. «Nos enfants ne réussissent pas dans leur cursus dans ces établissements». A noter que près de 40 élèves auraient abandonné leurs études. A ce titre, les parents demandent à la direction de l’éducation d’ouvrir une annexe à Magoura en procédant à la reconversion (puis l’extension) de l’école primaire désaffectée. S’agissant du ramassage scolaire, les transporteurs « boudent» les élèves de Magoura pour cause de créances.E. H. T.