L’Algérie représente un modèle de stabilité et un garant de la paix dans la région, a indiqué, jeudi à Alger, le ministre espagnol des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Josep Borrel Fontelles, saluant le rôle «responsable» qu’elle joue au niveau régional.

« Nous sommes des pays amis. Nous partageons une stratégie commune devant les problèmes communs. Le rôle responsable que vous jouez au niveau régional nous soulage. Dans cette région du monde, secouée par beaucoup de problèmes, l’Algérie est un pôle de stabilité», a déclaré le chef de la diplomatie espagnole au terme de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Il a relevé que les deux pays sont liés par une coopération «très utile et très performante» touchant tous les sujets «sensibles», mettant en avant «la vivacité et la profondeur» des discussions sur «toutes les affaires» qui lient les deux pays. Les discussions ont porté également sur «les rapports euro-méditerranéens et la réunion qui se tiendra bientôt à Barcelone, ainsi que la situation en Libye», précisant que ce sont autant de «sujets vifs qui ont trouvé une position commune, positive et amicale». De son côté, M. Messahel a mis en avant «l’excellence» des relations bilatérales, ajoutant que les deux pays sont dans une dynamique créée par la 7e session du Comité de haut niveau lors duquel de «grandes décisions» ont été prises et qui sont en phase de mise en œuvre pour «renforcer le partenariat au bénéfice mutuel des deux pays». Il a précisé que ce partenariat porte notamment sur les énergies renouvelables, l’industrie, l’agriculture et l’énergie, rappelant dans ce sillage le renouvellement des contrats de fourniture de gaz jusqu’à 2030 en faveur de l’Espagne. Le chef de la diplomatie algérienne a fait savoir qu’au plan régional, les deux pays étaient confrontés aux mêmes problèmes de la migration, au sujet desquels «nous avons échangé nos approches et nous devons dialoguer et poser les bonnes questions pour avoir de bonnes réponses». Les deux parties ont également évoqué la coordination dans la lutte antiterroriste, à la lumière des mécanismes existants entre les deux pays, pour la renforcer davantage et être «vigilants dans une zone de grande turbulence», a-t-il souligné. M. Messahel a indiqué également avoir évoqué avec son homologue espagnol la situation en Libye et dans la région du Sahel et qu’il a présenté, à ce sujet, l’approche algérienne qui prône la solution politique de ces conflits. La question du Sahara occidental, qui est inscrite à l’agenda des Nations unies, a été, pour sa part, au menu de ces discussions et, à ce titre, M. Messahel a mis en avant la position de l’Algérie visant un règlement de ce conflit à travers la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Notons que le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a reçu, jeudi à Alger, le ministre espagnol des Affaires étrangères. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel.