Selon un bilan de la direction générale de la Protection civile, dont «Reporters» détient une copie, près de 700 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route ou par noyade au cours de cette saison estivale. D’ailleurs, pour ce qui est de la circulation routière, les Tuniques rouges ont eu du pain sur la planche. D’après leur dernier communiqué, 528 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation routière durant la période s’étalant du 27 mai au 25 août.

En tout, 18 355 accidents de la route ont été signalés dont 23 841 personnes ont été blessées et le nombre d’interventions liées aux accidents de la circulation s’élève à 29 395. A l’origine de tous ces accidents, les services de la Protection civile évoquent en premier l’excès de vitesse, le non-respect du code de la route intervient en seconde position.
On cite également la fatigue qui provoque la baisse de vigilance des conducteurs. Mais la qualité des routes (nationales et autoroutes) est loin d’être un élément positif dans la lutte contre ce fléau. Plusieurs accidents ont eu lieu à cause de l’absence de panneaux de signalisation pour annoncer des travaux. A se fier à ce bilan, chaque jour, c’est une moyenne de 5 morts sur les routes d’Algérie durant l’été. Et c’est durant le chaud mois d’août que l’on meurt le plus car les conducteurs se laissent aller à appuyer sur le plancher. En effet, les services de la Protection civile ont recensé durant les trois premières semaines du mois d’août des centaines d’accidents qui ont fait 171 décès et 8 115 blessés. Le pic des morts sur les routes a été enregistré entre le 5 et le 18 août, où les unités de la Protection civile ont eu à intervenir dans une centaine d’accidents accidents de la circulation. 96 personnes ont trouvé la mort et 3 794 autres ont été blessées. L’autre bilan macabre de la Protection civile concerne les noyades. En effet, depuis début juin au 28 août dernier, la Direction générale de la Protection civile a recensé pas moins de 163 décès en mer, barrages et retenues d’eau. Dans le détail, 83 personnes ont trouvé la mort par noyade dans les plages de 14 wilayas côtières. 37 individus ont péri dans des plages surveillées, dont 12 noyés en dehors des horaires de surveillance, alors que 47 autres individus sont décédés au niveau de plages interdites à la baignade, donc sans surveillance. Les wilayas ayant enregistré le plus de décès sont Béjaïa avec 14 noyades, suivies de Jijel avec 13 et Mostaganem avec 10. Aussi une attention particulière doit être accordée aux noyades dans les plans d’eau (barrages, oueds, lacs, mares, retenues collinaires, piscines et bassins) où la Protection civile a enregistré 80 décès. Dix cas de noyade ont été enregistrés dans des barrages, 16 dans des oueds, 32 dans des mares, 11 dans des retenues collinaires et 11 dans des bassins et des piscines ». La wilaya la plus touchée est Aïn Defla avec 8 noyades suivie de la wilaya de Blida avec 7 noyades. <