La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, a insisté hier sur l’impératif de veiller à l’application de toutes les instructions et les orientations de l’administration centrale, notamment celles liées aux règles d’hygiène et de sécurité pour la réussite de la nouvelle rentrée scolaire.

Présidant les ateliers de formation au profit des secrétaires généraux, une première pour le secteur, les secrétaires généraux des Directions de l’éducation des wilayas à l’impératif de se mobiliser pour la réussite de la rentrée scolaire en veillant à l’application de toutes les instructions et les orientations de l’administration centrale notamment celles liées aux règles d’hygiène et de sécurité. Mme Benghebrit a mis l’accent sur «l’importance de se mobiliser autour des objectifs communs du secteur à travers l’animation, la coordination et le suivi des différents services de la direction de l’éducation de wilaya». «Le rôle des secrétaires généraux est fondamental pour l’exécution des orientations et instructions de l’administration centrale sous l’autorité du responsable direct qui est le directeur de l’éducation», a-t-elle dit. Estimant que le secrétaire général «est la pierre angulaire de l’administration» elle a précisé que l’administration c’est l’Etat dont la continuité repose sur sa stabilité, son organisation et sur les principes qu’il aspire à concrétiser en termes de transparence, d’impartialité et de service public offert au citoyen». A ce propos, la ministre a relevé que la gestion administrative du secteur au niveau local «fait souvent l’objet de critiques et ne reflète pas les efforts consentis pour la concrétisation d’une gestion efficace, rationnelle et impartiale» vu que la conjoncture économique du pays «impose de recourir à des méthodes de gestion devant réponde aux impératifs de rationalité et d’efficacité».
Mme Benghebrit a appelé les secrétaires généraux à «établir la communication, à ouvrir la porte aux membres de la communauté éducative, à être à l’écoute des préoccupations soulevées et à ne pas mettre des obstacles devant ceux qui les sollicitent». Relevant qu’il existe «des voix qui s’élèvent ici et là pour tenter de déstabiliser le secteur et semer le doute avant même le début de l’année scolaire, la ministre a souligné que l’établissement éducatif «demeurera debout pour dispenser le savoir à 9 millions d’élèves et veiller à l’émancipation de leur personnalité dans un climat empreint de calme et de sérénité à travers la mobilisation de tous les moyens disponibles afin de préserver leurs droits face à un monde impitoyable».