Animant, hier, une conférence de presse, le wali de Bouira, Mustapha Limani, a indiqué que toutes les mesures nécessaires ont été prises par les autorités et ce depuis l’apparition de cas de choléra et la confirmation des trois d’entre eux par l’Institut Pasteur.

«Le dispositif d’alerte est mis en place», a déclaré le wali en confirmant que l’eau des robinets n’est pas incriminée et toutes les analyses effectuées au niveau du laboratoire ont démontré que l’eau provenant des barrages et qui alimente la population locale est saine. «Il y avait trop de spéculation sur cette affaire. Nous avons le meilleur laboratoire d’analyse ici à Bouira», a ajouté le premier responsable de la wilaya, qui a rappelé que la maladie ne s’est pas propagée au niveau de la région. Tout en reconnaissant l’absence des conditions de l’hygiène au niveau de la localité de Rouabhia, dans la commune de Raouraoura, qui a enregistré les trois cas de choléra, M Limani a invité les populations à prendre les précautions nécessaires pour éviter d’autres cas. Invité à s’exprimer sur cette affaire, le directeur des ressources hydriques de la wilaya de Bouira a souligné qu’environ 20 000 puits déclarés au niveau de la wilaya ont été contrôlés et aucune anomalie n’a été signalée. Revenant au sujet du puits situé dans la commune de Raouraoura, dont le ministère de la santé avait annoncé la fermeture, le responsable a indiqué que cette fermeture est temporaire dès lors que les résultats d’analyses effectuées sur un échantillon d’eau ne sont pas encore connus. Par ailleurs, ce sont les hôpitaux de la wilaya qui enregistrent une forte pression des malades paniqués. La directrice de la santé publique présente à cette conférence a assuré aussi que la situation est maîtrisée.n