Les oueds du Tassili N’ajjer (wilaya d’Illizi) attirent ces jours-ci de nombreuses familles désirant apprécier le spectacle du ruissellement de ces cours qui subliment ce lieu envoûtant, véritable musée à ciel ouvert. Les pluies abondantes que connaît la région en cette période de l’année, notamment à Bordj El Haoues, Djanet et tout au long de la route entre le chef-lieu de la Wilaya et la wilaya déléguée Djanet, «revivifient» de nombreux oueds à l’exemple de Tasset, Iherir, Afra et Ifedil et autres points d’eaux sur les monts du Tassili.

Des espaces naturels d’évasion et de détente
Pour le jeune A.F de la localité d’Ihrir, les pluies importantes qu’enregistre le Tassili N’ajjer sont une vraie bouffée d’oxygène pour les habitants de la région, principalement les jeunes qui profitent de l’occasion pour s’adonner à la nage en ces périodes de grandes chaleurs dans les wilayas du Sud en général. De nombreux oueds de la vallée d’Ihrir, classée par la Convention internationale des zones humides (Ramsar) en 2001, sont devenus une destination de choix pour les amateurs de la nature et de la natation et de nombreux touristes issus de la région et des différentes wilayas du pays, a-t-il fait savoir. Un autre jeune dira avoir parcouru avec ses amis plus de 120 km pour pouvoir nager d’autant qu’il n’a pas eu l’occasion cet été de se rendre dans une ville côtière pour un camping. Pour lui, les pluies alimentant ces rivières sont «une bénédiction» puisqu’elles entrainent un rafraîchissement des températures et offrent des espaces naturels d’évasion et de détente. Nombreux sont également les jeunes qui s’organisent pour «bivouaquer» sur les lieux plusieurs jours afin de se s’adonner à un autre hobby, à savoir la photographie et immortaliser les paysages qu’offre, de jour comme de nuit, le Tassili N’ajjer à travers la splendeur de ses montagnes et de leurs cascades. Illustrant souvent les couchers de soleil et des plans d’eau dans des décors qui rivalisent en beauté avec les plus célèbres sites de par le monde, ces photographies permettent aussi de faire connaître cette destination notamment sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, les populations de la région, notamment nomades, dont l’activité principale est le pastoralisme ont accueilli favorablement les fortes pluies qu’a enregistré récemment la région et qui augurent, pour elles, d’une «bonne» saison agricole et pastorale. Le Tassili N’ajjer demeure l’une des plus belles régions du monde et source d’inspiration pour de nombreux touristes issus de tous les continents et de toutes les wilayas du pays en raison de ses sites naturels touristiques qui connaîssent une large affluence tout au long de l’année. APS