Le groupe public des textiles et cuirs vise à collecter pas moins de quatre millions de peaux d’ovins lors de l’Aïd El Adha 2019.

C’est le P-DG du groupe Mokrane Zerrouki cité par l’APS, qui l’a annoncé. Pour ce faire, ce responsable a indiqué que du fait que l’opération pilote menée cet Aïd dans six wilayas du pays a donné entière satisfaction , 900 000 peaux collectées, elle sera généralisée sur tout le territoire national à l’Aïd El Adha prochain ( 2019).
Ce responsable a souligné que de ce fait, la filière va connaître une nouvelle dynamique. Il a rappelé à ce titre que la filière cuir avait connu une longue période de léthargie, résultat direct de la décennie noire.
Mais cette filière a pu renaître de ses cendres grâce « à la volonté politique des pouvoirs publics de redynamiser le secteur », a-t-il signalé. Toujours à propos des perspectives de collecte lors du prochain Aïd, on apprend que le ministère de l’Industrie et des Mines prépare l’installation d’un groupe de travail composé de toutes les parties prenantes afin d’évaluer l’opération pilote et en tirer tous les enseignements. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la valorisation de la filière cuir, a indiqué la directrice générale de la PME auprès du ministère de l’Industrie et des Mines, Hassiba Mokraoui. Pour cette responsable, la collecte des peaux d’ovins permettra non seulement de structurer à nouveau la filière cuir, mais également de faire naître des PME-PMI activant dans, entre autres, la transformation de la laine ce qui devrait permettre de générer des postes d’emploi.
Rappelant que la filière avait vécu une longue période de crise, la directrice a tenu à mettre l’accent sur la volonté des pouvoirs publics de relancer aujourd’hui cette filière à forte valeur ajoutée. Dans ce contexte, cette responsable a fait part d’un programme national tracé par le ministère de l’Industrie à l’effet de restructurer de nombreuses branches dont la filière cuir. « Nous sommes en train d’identifier les problèmes de la filière cuir et de les résoudre.
Ceci s’inscrit dans le cadre d’un programme national qui vise à redynamiser le secteur à l’effet de satisfaire nos besoins locaux en cuir et s’orienter par la suite vers les marchés extérieurs », a-t-elle indiqué.
A propos de l’exportation, le directeur général de l’EPE algérienne du cuir et dérivés (ACED), filiale du groupe Getex, Toufik Berkani a précisé qu’actuellement 12 % de la production annuelle du secteur public sont destinés à l’exportation, alors que le privé exporte 50 à 60 % de sa production. M. Berkani, qui est également membre de l’Association des tanneurs et mégissiers algériens (Atema), a toutefois précisé que la peau récupérée durant les deux jours de l’Aïd El Adha n’est pas exportable, voire même « inutilisable » du fait que l’opération n’a pas été réalisée par des professionnels. Il aurait fallu, selon lui, s’adresser aux abattoirs pour l’opération du sacrifice et ce, pour que la peau soit découpée selon des normes techniques devant permettre de garder toute sa valeur. Ainsi, dans ce cas, la peau sera exploitée autrement pour récupérer d’autres matières telles que la laine. Pour en revenir au groupe Getex, son responsable a fait part des 21 milliards de DA alloués aux entreprises du groupe dont trois milliards DA au profit de la branche cuir et ce, au titre du plan de relance 2011-2015. Il a annoncé, en outre, un plan complémentaire en cours de préparation à l’effet de redynamiser davantage le secteur. Pour lui, la filière cuir et textile se développe progressivement ce qui augure d’un avenir « prometteur ».