On sait que la consommation d’eau durant les fêtes de l’Aid El-Adha est énorme, voire inquiétante pour la ressource. Aujourd’hui, on a un chiffre et il est parlant ! Durant les deux jours de fête, demain et après-demain, les Algériens vont consommer plus de 9 millions m3 d’eau ! L’affirmation est venue hier du directeur général de l’Algérienne des Eaux (ADE), Smail Amirouche, lors d’une conférence de presse au siège de la Société des eaux et de l’Assainissement d’Alger (SEAAL) sur les dispositifs mis en place pour assurer une l’alimentation en eau optimale à travers l’ensemble du pays.

Dans son intervention, le P-dg de l’ADE a expliqué que les Algériens vont consommer 5 millions m3 durant le premier jour de l’Aïd et 4 millions de m3 durant le deuxième jour. Pour M. Amirouche, cette situation « va causer un pic de consommation exceptionnelle, qui fragilise le système d’alimentation en eau potable». Le responsable a indiqué que durant le créneau horaire allant de 9 à 13 heures, qui correspond aux heures du sacrifice, le niveau des réservoirs baisse d’une manière drastique, les perturbations commencent à être ressenties dès les premières heures.

Afin de pallier cette situation, un dispositif spécial a été mis en place par le ministère des Ressources en eau, l’ADE et la SEAAL, pour répondre à la demande extraordinaire et exceptionnelle en eau.

A ce titre, le P-DG de l’ADE a fait savoir que l’Algérienne des eaux a commencé à augmenter sa production en eau depuis une semaine, les 80 stations de filtrage travailleront à une capacité maximale, a-t-il également indiqué après avoir informé de la mise en place de 400 citernes prêtes à intervenir en cas de manque d’eau dans certaines régions. Plusieurs autres acteurs présents dans le secteur de l’eau participeront à cette opération. Parmi eux, l’Office national de désinfection qui va contribuer au nettoyage des équipements et des sites d’approvisionnement afin de préserver la qualité de l’eau potable. Plus de 5 000 agents vont par ailleurs travailler et assurer la permanence durant les deux jours de fête.

Plusieurs directeurs seront d’astreintes en cas de problème, ils seront mobilisés à n’importe quel moment de la journée, a assuré M. Amirouche. « Tous les citoyens auront de l’eau dans leurs robinets le jour de l’Aïd », a-t-il assuré, mais il a averti que, compte tenu de la pression de la demande et de la « surcharge », l’arrivée de l’eau pourrait être lente, voire retardée dans certaines maisons notamment celles situées dans les derniers étages des immeubles.

De son côté, la SEAAL a également mis en place un dispositif spécial pour la journée du mardi, premier jour de fête. Selon son directeur de l’exploitation en eau, Slimane Bounouh, une « cellule de surveillance » composée de différents directeurs est déjà opérationnelle et a déjà organisé plusieurs rencontres de concertation et de mise au point. Le rôle de cette cellule « est de s’assurer que l’ensemble des systèmes fonctionnent ». M. Bounouh a fait savoir que les services de la société des eaux d’Alger travaillent avec le gestionnaire des cités AADL pour expertiser ses installations et assurer une bonne alimentation en eau de leurs habitants.

Coordination interservices et intersectorielle

Durant les deux jours de l’Aid, un système de pilotage est prévu aussi pour la surveillance du niveau d’eau dans les réservoirs. L’opération aura lieu toutes les deux heures et ses résultats communiqués par téléphone portable par les personnes qui en seront chargées afin d’intervenir rapidement en cas de perturbation. Le responsable de la SEAAL a fait remarquer que le nouveau systéme consiste cette année en la mobilisation de 30 citernes qui circuleront dans les quartiers de la capitale et pourront intervenir en cas de manque d’eau.

Pour sa part, le directeur de l’alimentation en eau potable auprès du ministère des Ressources en eau, Omar Bouguaroua a fait savoir que le ministre du secteur a installé une commission spéciale chargée des préparatifs et de la supervision des opérations prévues durant les deux jours de fête. Cette structure se réunit chaque jour depuis son installation. Le représentant du ministère a insisté sur la fourniture de différents moyens comme l’eau des barrages et de dessalement, la mobilisation des ressources humaines et le renforcement de la communication pour faire face aux imprévus. Il a indiqué que le département des ressources en eau a procédé à un nouveau contrôle du niveau des barrages et travaille en coordination avec les stations de dessalement pour que le dispositif « spécial Aid » soit pleinement fonctionnel. C’est pour cette raison, a-t-on expliqué, que le ministère coordonne également ses actions avec le ministère de l’Energie et afin d’éviter les coupures d’électricité et de gaz, deux ressources nécessaires à l’alimentation des équipements destinés à l’approvisionnement et à la distribution d’eau. A la fin de leur intervention, les différents responsables ont particulièrement insisté sur le rôle du citoyen et sa contribution dans la bonne marche du dispositif annoncé, notamment par ce réflexe qui consiste à ne pas gaspiller le précieux liquide et à rationaliser sa consommation. A titre de comparaison et pour alerter l’opinion sur l’ampleur du gaspillage, le P-DG de l’ADE a fait savoir que l’Algérien consomme d’ordinaire durant l’année 80 litres par jour. Durant l’Aid El Adha, il passe à 300 litres/jour.